Aller au contenu

67 - 94 minutes de temps de lectureMode de lectureLe rêve américain

Étiquettes:

18652
Nombre de mots

Chapitre n° 1

Jour du départ

 

Le jour de mon départ est enfin arrivé. C’est Jules qui m’accompagne jusqu’à l’aéroport. Ces derniers temps, on se dispute beaucoup. Il y a quelques jours, il a découvert que j’allais au centre d’équitation. Je me demande encore comment il a pu le savoir. Pourtant, Jules n’a rien dit à mes parents. Je préfère qu’ils ne sachent rien. Ma mère est capable d’ordonner au directeur du centre de m’interdire l’entrée.

Deux jours avant mon départ, je suis sortie avec Sandrine et Ambre, mes deux meilleures amies. Elles n’aiment pas beaucoup Jules. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé entre eux, parce qu’au début tout allait bien.

Je viens d’enregistrer mes bagages, j’ai gardé une valise où il y a les choses les plus importantes. Je rejoins Jules qui m’attend un peu plus loin.

  • Tous mes bagages sont enregistrés.
  • Tu vas me manquer.

Jules m’enlace et me serre fort.

  • Toi aussi, tu vas me manquer, mais six mois, ça passe vite, d’autant plus que tu seras occupé à préparer le mariage.
  • J’aurais aimé le préparer avec toi. Tu peux encore annuler ton voyage, tu sais.
  • Même si je le voulais, ça ne serait pas honnête pour les gens là-bas.
  • J’aurais au moins essayé. Je voulais m’excuser pour t’avoir surveillée ces dernières semaines et d’avoir mal réagit quand j’ai vu que tu allais au centre d’équitation.
  • J’accepte tes excuses, mais je ne monte plus. Toi et mes parents, vous ne pouvez pas m’empêcher d’aller voir les chevaux quand même !
  • Je le sais et j’ai compris que c’était important pour toi.

Mon vol est annoncé, il est temps pour moi de partir.

  • Je t’aime. Je t’appelle dès que je suis arrivée.
  • Je t’aime aussi.

On s’embrasse une dernière fois, puis je prends la direction de l’embarquement. Avant de passer, je me retourne et fais un signe à Jules qui me répond. Je passe la douane en pensant à mes amies qui me manquent déjà. En rigolant, je leur envoie un selfie.

« Me voilà prête à partir pour l’aventure ! »

« Jolie photo, Mia. Profite bien, n’oublie pas de t’amuser. »

« Je pars pour faire un stage et non pour

m’amuser, je me marie dans 7 mois. »

« On le sait, mais amuse-toi quand même ! »

« J’espère qu’un jour, vous m’expliquerez

pourquoi vous en voulez à Jules. »

« Non. »

« On m’appelle pour aller à l’avion, je vous fais

signe dès mon arrivée. Vous allez me manquer. »

« Tu vas nous manquer aussi. Gros bisous. »

« Bisous, les filles. »

Je range mon portable et suis les autres passagers.

Je vais m’installer. Génial ! je suis à côté du hublot. Bon, je ne verrai pas grand-chose, vu que je risque de dormir. Avant que l’avion décolle, j’envoie un texto à Jules.

« Je suis dans l’avion. Bientôt le décollage.

Je t’embrasse. »

Je reçois sa réponse au bout de cinq minutes.

« Bon voyage, écris-moi dès que tu es arrivée. Je t’embrasse. »

Je n’ai pas le temps de lui répondre, car l’avion commence à rouler. J’éteins mon portable et le range. Un homme s’est assis à côté de moi pendant le décollage. Pendant les deux premières heures, je fais des Sudoku tout en écoutant de la musique. Je ne suis pas partie juste pour mon stage, mais aussi pour réaliser un rêve d’enfant. J’ai toujours voulu aller aux USA. Je sais qu’après mon mariage avec Jules, je n’aurai pas un moment à moi pour voyager. Jules n’aime pas partir très loin. Pendant les dernières vacances, on est même resté à Paris ! Il travaille trop pour son métier de metteur en scène. Je comprends que son travail soit important, mais il faut savoir lâcher prise de temps en temps.

Les hôtesses passent pour nous donner les menus. Je regarde ce qu’il y a et je décide de me prendre la salade, le risotto et la salade de fruits. Une heure après, les hôtesses nous apportent le repas. Ce n’est pas vraiment bon, mais je mange quand même.

Pendant encore deux heures environ, j’écoute de la musique alors que mon voisin s’est endormi dès que le repas a été débarrassé. Je suis trop excitée pour dormir, pourtant au bout d’un moment, je finis par m’assoupir. Je me réveille quand le commandant annonce qu’on est bientôt arrivé. En direction de la sortie, je cherche du regard le couple qui va m’héberger pendant les prochains mois quand je vois mon prénom écrit sur un panneau.

  • Bonjour !
  • Bonjour, tu dois être Mia ?
  • Oui, enchantée.
  • Enchantée, je suis Sarah, voici mon ami Frédéric.
  • Est-ce que tu as fait bon voyage ?
  • Oui, mais un peu fatigant.
  • Ne t’inquiète pas, tu vas pouvoir te reposer à la maison.

Frédéric me prend le chariot des bagages et on va jusqu’à leur voiture.

  • On n’habite pas trop loin, me dit Sarah. Pourquoi es-tu venue à Los Angeles ?
  • Je dois faire un stage pour compléter ma formation. J’aimerais être assistante-réalisatrice.
  • Bien, peut-être que tu participeras à la réalisation de notre film, alors !
  • J’espère !
  • Tu es célibataire ou tu es avec quelqu’un ?
  • Sarah ! laisse-la arriver, lui dit Frédéric.
  • Ça ne me dérange pas. Je suis fiancée depuis deux ans et on a prévu de se marier dans sept mois.
  • OK ! Ton fiancé à accepter de te laisser partir ?
  • l n’a pas eu le choix. Normalement, mon stage dure un an, mais j’ai négocié et je rentre en France dans six mois et je marie un mois après. Je reviens juste après le mariage pour faire les six derniers mois. Mon fiancé s’appelle Jules.

En parlant, je me souviens que je dois prévenir que je suis bien arrivée. Le premier message est pour Jules.

« Bonjour, mon chéri, je suis bien arrivée.

Tu peux prévenir mes parents ?

Je t’appelle plus tard, je t’embrasse. »

Puis un deuxième texto pour mes deux meilleures amies.

« Salut, bien arrivée à Los Angeles,

Je vous appelle plus tard. Bisous. »

Quand on arrive, je n’ai pas encore eu de réponse. Frédéric sort tous mes bagages et les porte jusqu’à la maison en m’annonçant que ma chambre se situe à l’étage. Le top, c’est que j’aurai ma propre salle de bain !

Sarah me montre ma chambre, je remarque qu’il y a beaucoup de photos de chevaux ainsi que des coupes.

  • Elles sont à Frédéric, me dit-elle. Il a été champion de saut, il y a longtemps.
  • Super ! Je n’y toucherai pas, promis !
  • On dirait que tu aimes bien les chevaux.
  • Oui, j’en faisais avant. J’ai dû arrêter à cause d’une blessure, mais je suis désolée, je n’aime pas en parler.
  • Je comprends, mais si tu as besoin de discuter, sache qu’on est là.
  • Merci, c’est gentil.
  • Bien, je te laisse te reposer.

Je regarde vite fait mon portable et je remarque que j’ai reçu un message. C’est un texto de Sandrine et d’Ambre. Jules doit être occupé, il me répondra sûrement plus tard.

« Salut Mia, bien reçu. N’oublie pas, amuse-toi. »

Je m’endors directement après pour trois heures de sieste ! Vive le décalage horaire ! Avant de sortir, je regarde les coupes et les photos. J’aimerais tellement remonter, mais j’ai promis à tout le monde d’arrêter l’équitation. Je descends l’esprit morose. Frédéric et Sarah sont contents de me voir.

  • Ça va mieux ?
  • Oui, merci.
  • Sarah m’a dit que tu aimais les chevaux ?
  • C’est vrai, je les adore !
  • Si tu veux, tu pourrais venir un jour avec nous. Il y a un ranch en dehors de la ville. Je connais bien le propriétaire. Il te laisserait monter si tu le souhaites.
  • Je ne suis plus montée depuis un an. J’ai arrêté à cause d’une blessure malheureusement et j’ai fait la promesse à mes proches que je ne monterai plus.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai envie de leur expliquer les vraies raisons. Du coup, je me lance malgré ma réticence de d’habitude.

  • C’était le jour des qualifications pour les championnats du monde de saut d’obstacles. Je m’étais bien préparée. J’arrivais à passer tous les obstacles. Quand mon tour est arrivé, j’étais prête. J’avais passé les premiers obstacles sans faire de faute et au dernier, je suis tombée. Ma tête a touché le sol violemment et je suis restée dans le coma pendant une semaine. Depuis ce jour-là, ma mère et Jules ne veulent plus que je monte. C’est pour ça que j’ai choisi une autre voie.
  • Est-ce que tu leur en veux ?
  • Oui, mais je les comprends.
  • Pourtant, tes yeux disent que tu veux remonter à cheval.
  • J’aimerais bien, mais je ne veux pas rompre ma promesse.
  • Mia, tu es à L.A, ta mère et ton fiancé ne le sauront pas. En plus, je suis sûre que ça te fera du bien.
  • Je ne sais pas et de toute façon je n’ai pas mes affaires.
  • On peut aller en acheter, mais je comprends. Écoute, on va demain au ranch, tu peux venir avec nous pour voir seulement.
  • D’accord, c’est une bonne idée.
  • Tu commences ton stage quand ?
  • Je débute lundi matin à 9 heures.
  • On t’emmènera, on doit être au studio pour 10 heures.
  • Merci, c’est gentil.
  • On doit aussi te prévenir, je suis en instance de divorce. Un week-end sur deux, mes deux filles viennent à la maison, me dit Frédéric.
  • Pas de soucis.

On continue à parler. La journée passe assez vite. Ce n’est qu’après le dîner que je lis le message de Jules.

« Bonjour, ma chérie. J’ai prévenu tes parents. J’espère que tout va bien. Je t’embrasse. »

« Merci, tout va bien. Ne t’inquiète pas.

Le couple est très gentil. Tu me manques.

Je t’embrasse. »

Le lendemain comme prévu, je vais avec Sarah et Frédéric au ranch. Je ne préfère pas le dire à Jules, sinon il va s’inquiéter. Je ne compte pas monter, mais ça me fait plaisir d’aller voir des chevaux.

 

 

Chapitre n° 2

Le ranch d’Ethan

 

Quand je me réveille le matin, je suis un peu perdue. Je regarde autour de moi et me rappelle que je ne suis plus en France, mais aux États-Unis. Je m’étire en sortant du lit. Je vois l’heure sur mon portable où je découvre cinq appels en absences de Jules et un message.

« Toi aussi, tu me manques, le lit est trop grand sans toi. »

Je lui réponds tout de suite, même si je me doute qu’il doit encore dormir en raison de la différence d’heures entre les deux pays.

« Je suis désolée d’avoir loupé tes appels,

mais je me suis endormie comme une masse.

Je t’embrasse. »

Dès que mon message est envoyé, je descends pour retrouver Frédéric et Sarah.

  • Bonjour, bien dormi ?
  • Bonjour, oh oui !
  • Viens prendre ton petit-déjeuner.

Je m’assois et regarde la table.

  • On ne savait pas ce que tu prenais le matin.
  • Je prends un café et un jus d’orange.
  • C’est tout ?
  • Oui, généralement, je n’ai pas le temps de manger.
  • D’accord, me dit Sarah.

Sarah va à la cuisine.

  • Où se trouve le ranch ?
  • Il est à une dizaine de minutes d’ici. Il s’appelle Sunset Ranch Hollywood.
  • C’est vraiment pas loin !
  • On va y aller pour la journée, on a prévu de faire une petite balade. Pendant notre absence, tu pourras visiter les lieux. On comprend que tu ne veuilles pas rompre ta promesse faite à tes proches.
  • C’est plus compliqué que ça.
  • En quoi c’est plus compliqué ?
  • Je n’aime pas en parler.
  • On peut peut-être t’aider ?
  • Frédéric, laisse-la si elle ne veut pas en parler, c’est qu’elle a une bonne raison, lui dit Sarah. Mia, si un jour, tu ressens le besoin d’en parler, on est là.
  • Merci, peut-être un jour. À part mes deux meilleures amies, aucun de mes proches n’est au courant.
  • Ce n’est pas un problème.

Après avoir pris notre petit-déjeuner et s’être préparé, on part. Je suis tout de suite sous le charme. Frédéric gare la voiture à côté d’une maison.

  • Comment trouves-tu l’endroit ? me demande Sarah.
  • C’est magnifique, j’ai toujours pensé que les ranchs se résumaient à un enclos et une petite maison, mais là, c’est plus que magnifique !
  • C’est vrai. On connaît très bien le propriétaire, tu sais.

Frédéric revient vers nous.

  • Il n’est pas là, il a dû aller faire un tour. On va préparer nos chevaux. On sera absents pendant environ trois heures. Pendant notre absence, tu peux te promener dans la propriété, si tu veux.
  • Ça ne va pas déranger les personnes qui y travaillent ?
  • Non, si le patron revient avant nous, dis-lui que tu nous connais.
  • Très bien, merci.

Frédéric et Sarah partent chercher leurs chevaux. Je regarde autour de moi et me dis que j’ai vraiment de la chance. Je décide de prendre des photos que j’envoie à Sandrine et à Ambre.

« Bonjour, les filles ! Journée au ranch ! »

Au loin, je vois des chevaux, ça doit être Frédéric et Sarah. J’aurais aimé aller avec eux. Ils ont compris que ce n’était pas juste ma promesse qui m’empêche de remonter. Je crains de refaire une chute. Mon portable sonne.

« Bonjour, Mia ! Les photos sont magnifiques. Tu as de la chance. »

Je continue mon exploration et j’arrive devant un enclos où il y a un seul cheval qui s’approche de moi. C’est une jument.

  • Bonjour, ma belle, tu dois t’ennuyer toute seule ?

Je lui caresse sa tête.

  • C’est la première fois que je la vois s’approcher d’une autre personne inconnue, dit une voix derrière moi.

Je me retourne et vois un jeune homme charmant.

Son regard clair tranche avec sa chevelure noir-ébène.

  • Je suis désolée, je n’aurais pas dû m’approcher.
  • Ne t’inquiète pas. Je m’appelle Ethan et je suis le patron des lieux.
  • Moi, c’est Mia. J’accompagne Frédéric et Sarah. Ils sont partis faire une balade. Ils m’ont dit que je pouvais visiter les lieux en les attendant.
  • Enchanté, Mia. Je les connais très bien. Pourquoi tu n’es pas allée avec eux ?
  • Je ne monte plus depuis un an à cause d’une chute.
  • Ah ! mince. Mais tu sais, on dit qu’il faut remonter tout de suite.
  • Oui, mais j’ai fait la promesse de ne plus le faire.
  • Tu n’es pas d’ici ?
  • Non, je viens de France. Je suis venue faire un stage pour être assistante-réalisatrice.
  • C’est sympa comme projet ! Tu as l’air d’être douée avec les chevaux. Personne n’a réussi à s’approcher de cette jument depuis qu’elle est là.
  • Pourquoi ?
  • Son cavalier a fait une chute et il ne peut plus la monter. Depuis ce jour-là, elle est devenue sauvage.
  • Oh !
  • Ça ne te manque pas ?
  • C’est compliqué.
  • Ça s’est passé à quel moment ta chute ?
  • Je n’aime pas en parler.

Depuis que je suis arrivée hier, je ne sais pas ce qu’il m’arrive, mais j’arrive à parler de ma chute. Peut-être parce que je suis avec des personnes qui ne font pas partie de mes proches.

  • C’était en 2012. Ça s’est passé pendant les qualifications pour les Championnats du monde de saut d’obstacles. Il m’en restait un seul. Au moment du saut, je suis tombée en avant, ma tête a touché violemment le sol. Je me souviens plus du reste. Je me suis réveillée dans un lit d’hôpital une semaine après. Je suis allée voir ma jument quelques jours après, mais elle a pris peur en me voyant.
  • Personne ne t’a dit ce qu’il s’était passé ?
  • Est-ce que tu aimerais remonter ?
  • Bien sûr !
  • Je te propose une chose, tu n’es pas obligée d’accepter. Elle a besoin de refaire confiance envers les gens et d’après ce que je vois, elle a l’air de t’apprécier. Tu peux venir t’occuper d’elle les week-ends et peut-être un jour, tu la monteras.
  • Tu ne me connais pas ?!
  • C’est vrai, mais tu aimes les chevaux comme moi. Elle faisait les concours de sauts d’obstacles. Elle s’appelle Esmeralda. Avec tout le travail que j’ai, je n’ai pas le temps de m’occuper d’elle.
  • Je suis d’accord, mais à une seule condition.
  • Je t’écoute.
  • Personne ne me met la pression pour monter à cheval.
  • Tu as ma parole.

Mon téléphone vibre, je regarde qui m’appelle, c’est Jules.

  • Désolée, je dois répondre.
  • Pas de souci.

Je m’éloigne un moment.

  • Salue ma puce ! Comment vas-tu ?
  • Je suis désolée pour hier, mais j’étais fatiguée.
  • Ce n’est rien. Tu me manques.
  • Tu me manques aussi. Écoute, je ne suis pas seule, je te rappelle plus tard. Demain, je commence à 9 heures et je finis à 18 heures.
  • D’accord, j’attends ton appel. Je t’aime.
  • Je t’aime aussi.

Je raccroche et me tourne vers Ethan.

  • C’était mon fiancé.
  • Ne sois pas désolée, je dois aller voir les autres chevaux. Tu peux rester ici pour attendre tes amis.

C’est bizarre, on aurait dit que Ethan avait perdu le sourire dès que je lui ai dit que j’étais fiancée. En tout cas, il me fait de l’effet. Jamais je n’aurais coupé une conversation avec Jules pour un autre homme. Frédéric et Sarah se font attendre. Quand ils reviennent enfin, accompagnés d’Ethan, je suis toujours à côté de l’enclos.

  • Mia, ça va ? Désolé, on a mis du temps.
  • Ce n’est pas grave tant que j’étais en bonne compagnie.

Mon regard s’attarde sur Ethan et en me reprenant rapidement, j’essaie de rattraper ma gaffe.

  • Enfin, je parlais des chevaux !

Frédéric et Sarah vont ranger leurs affaires un sourire en coin. Ethan reste devant moi, l’air un peu gêné.

  • Je suis désolé de t’avoir laissée seule.
  • Pas de soucis, je comprends que tu doives aller voir tes chevaux.
  • Ce n’était pas urgent. La vérité, c’est que tu me plais, mais nous deux, c’est impossible, tu es fiancée. Frédéric et Sarah m’ont dit que tu allais te marier.
  • C’est vrai, je ne viendrai pas le week-end.
  • Non ! Viens le week-end. Je t’aiderai à remonter à cheval et tu m’aideras avec la jument, même si je veux t’embrasser à chaque fois que je te vois.
  • Marché conclu.
  • Pour que je t’embrasse ?
  • Non, pour venir le week-end.

Même si j’aimerais sentir ses lèvres sur les miennes, chose que je ne lui dirais pas, je pense à Jules l’homme que j’aime. On rejoint Frédéric et Sarah qui sont revenus.

  • On va rentrer. Mia, si tu veux revenir, tu nous le dis et je t’emmènerai, me dit Frédéric.
  • J’aurais besoin d’aide les week-ends, Mia s’est proposée. Je peux l’héberger du vendredi au dimanche.
  • Est-ce que ça te va, Mia ?
  • Oui, mais je ne veux pas déranger.
  • Ne t’inquiète pas, tu ne me dérangeras pas au contraire, il y a de la place.
  • Alors, d’accord.

On dit au revoir à Ethan et on rentre. Quand on arrive à la maison, Sarah me prend à part.

  • On dirait qu’Ethan a flashé sur toi, Mia.
  • Non !
  • Oh si ! C’est rare qu’il invite quelqu’un chez lui surtout pour passer tout un week-end.
  • Il m’a juste proposé de l’aider avec une jument. En échange, il va m’aider à remonter à cheval. En plus, je suis déjà fiancée et je suis fidèle. Je suis d’accord, pour dire qu’il est bel homme, mais je ne suis pas intéressée.
  • D’accord, mais rien ne t’empêche de t’amuser.
  • Non, je suis ici pour réussir mon stage et je vais aller au ranch pour la jument.

Comme on doit se lever tôt le lendemain, on ne tarde pas après le repas. Je monte dans ma chambre et envoie un message à Sandrine et Ambre.

« Les filles, vous n’allez pas me croire,

mais je crois bien que j’ai vu le

plus bel homme du monde. »

Au bout de cinq minutes, je reçois une réponse.

« Mia, ne nous dis pas que tu craques pour un inconnu ? »

« Il s’appelle Ethan, c’est le

patron du ranch. »

« Cool ! Comment il est ? »

« Cheveux courts couleur noirs.

Les yeux bleu clair comme la mer »

« Tu es sûre de ne pas avoir craqué pour lui ? Tu l’as bien regardé ? »

« Je suis sûre de ne pas craquer sur lui. »

« On va te croire, mais on est sûre que tu craques sur lui. »

« Je n’aurais pas dû vous en parler. Pour parler

d’autre chose, il m’a proposé de m’aider à remonter

à une condition. Je dois l’aider avec une jument.

Je passerais les week-ends au ranch. »

« Voilà une bonne nouvelle, mais tu n’as pas peur de craquer ? »

« Non. Je dois vous laisser, je me lève tôt demain. »

« D’accord, à plus tard, tu nous raconteras ton week-end. Bisous. »

« À plus tard, les filles. Bisous. »

Après avoir éteint mon téléphone et avoir mis mon pyjama, je m’endors assez rapidement. Pendant la nuit, je rêve des chevaux et aussi d’Ethan. Dès que je l’ai vu, j’ai voulu sentir ses lèvres sur les miennes. Je ne dois pas craquer, j’aime Jules et nous allons nous marier !

 

 

Chapitre n° 3

Premier jour de stage

 

Le lendemain matin, je me lève à 6 heures pour prévoir assez large afin de me rendre au studio dont je ne connais pas bien la distance depuis la maison de mes logeurs. Frédéric est déjà dans la cuisine quand je descends.

  • Bonjour, Mia. Tu es déjà réveillée ?
  • Oui, je ne savais pas combien de temps on mettrait pour aller au studio.
  • Ne t’en fais pas, on en a pour une demi-heure.
  • Je peux t’aider à quelque chose ?
  • Ce n’est pas la peine. En revanche, il y a une chose que tu dois savoir. Mon ex-femme et moi, on ne s’est pas quitté en bons termes. Elle m’interdit de voir nos filles, même si elle accepte un week-end sur deux souvent, mais c’est parce qu’elle ne peut pas les garder.
  • Pourquoi tu me dis ça ?
  • J’aurais besoin de ton aide pour quelque chose. Est-ce que tu pourrais aller les chercher au collège après ton travail ?
  • Bien sûr, mais je pensais que tu ne les voyais que les week-ends.
  • Pour le moment oui, mais je vais demander au juge de me les laisser aussi pendant la semaine. Pour qu’il accepte, il faut que je prouve qu’elles ne seront pas seules à la maison pendant que je serai au travail.
  • Je suis d’accord pour t’aider, mais comment vas-tu faire quand je serai partie ?
  • On verra au moment voulu. J’aurai le temps de m’organiser.
  • D’accord, il y a une chose que je ne comprends pas. Sarah et toi, vous êtes bien ensemble alors pourquoi ton ex-femme n’accepte pas que vos filles viennent ici ?
  • Elle n’apprécie pas Sarah.

On entend des pas dans les escaliers.

  • Surtout, ne lui en parle pas. Je préfère avoir la réponse du juge avant.
  • Promis, je suis une tombe !

Sarah fait son irruption.

  • Alors, prête pour ton premier jour ?
  • Bonjour, Sarah. Oui !

Sarah nous regarde un peu interdite et nous dit :

  • Ne vous arrêtez pas de parler pour moi.
  • On parlait du trajet jusqu’au studio. Rien d’important.

On finit tranquillement de manger notre petit-déjeuner. Pendant que je me prépare, mon portable vibre, je viens de recevoir un message de Jules.

« Bonjour, je voulais juste te dire bon courage pour ton premier jour. Je t’embrasse. »

En lisant sa réponse, je m’en veux de ne pas l’avoir rappelé la veille au soir. Depuis hier après-midi, je n’arrête pas de penser à Ethan, même durant la nuit, j’ai rêvé de lui. Je dois cesser d’y penser, je vais me marier dans 7 mois et je l’aime.

« Bonjour, merci pour ton message,

désolée pour hier, je t’embrasse. »

Je reçois un autre message, mais cette fois de Sandrine et d’Ambre.

« Salut, Mia ! Bonne chance pour aujourd’hui, on est sûres que tu penses à ton mystérieux homme. »

Vu l’heure, je pense qu’elles m’ont envoyé le message avant de dormir tout comme Jules, d’ailleurs. En revanche, elles me connaissent très bien.

« Coucou ! En aucun cas, je ne pense à Ethan.

Je pense à mon mariage avec Jules.

Merci pour le message. »

J’entends Sarah m’appeler pour partir. Une fois arrivés, Sarah m’encourage en m’enlaçant.

  • On sera au studio numéro 10. Passe une bonne journée !
  • Merci, vous aussi !

Une fois seule, devant la porte du bureau du réalisateur, je prends une grosse respiration et frappe deux coups. La voix qui me répond est empreinte de dynamisme et d’entrain.

  • Bonjour, Monsieur ! je suis Mia, je viens faire un stage avec vous.
  • Je suis au courant, est-ce que vous avez trouvé facilement l’endroit ?
  • Oui, Frédéric et Sarah Santos m’ont accompagnée. Ils m’hébergent le temps de mon stage.
  • Si ça ne vous dérange pas, je préfère vous tutoyer.
  • Il n’y a pas de souci.
  • Dans les prochains jours, ça ne sera pas facile. Je dois réaliser un film dans un ranch. Ton rôle sera d’amener les comédiens sur le plateau, de leur distribuer les plannings pour le lendemain. Il faudra aussi que tu envoies des mails aux auteurs, gérer les blocages de rues, dire aux figurants quand ils doivent entrer en scène, puis tu devras faire beaucoup de « police » : faire respecter le silence !
  • Parfait ! ça me va. De quoi parle le scénario ?
  • Ça parle d’un couple qui se déchire. L’homme fait des courses de chevaux, mais aussi des sauts d’obstacles. Pendant une course, il a fait une chute et sa femme aimerait qu’il arrête, mais il continue. L’homme tombe amoureux de la patronne du ranch où son cheval se fait soigner et se repose après la chute. À la fin, le couple divorce, puis la patronne et l’homme commence à vivre ensemble.

Quand il me raconte l’histoire du film, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il ressemble étrangement à ma vie actuelle. Ça doit être une coïncidence, ce n’est pas possible sinon.

  • J’ai déjà hâte de le voir.

Le tournage a commencé depuis environ une heure, quand le réalisateur reçoit un coup de téléphone qui met à mal tout le film. En effet, un incendie s’est déclaré dans le ranch où l’on devait aller tourner d’ici une semaine. Le feu à totalement détruit les lieux.

Juste après nous l’avoir annoncé, le producteur est retourné à son bureau pour téléphoner aux autres patrons de ranchs pour leur demander s’ils accepteraient qu’une équipe de tournage vienne chez eux. Alors que j’aide l’équipe à ranger le décor de la dernière scène, je me mets à penser au ranch d’Ethan, je ne sais pas s’il accepterait que le film soit tourné là-bas.

Je m’excuse auprès de la personne que j’aide, puis je vais au bureau pour en parler à Monsieur Davis.

  • Je viens de me souvenir que j’ai visité un ranch hier, mais je ne sais pas si le patron accepterait qu’on filme là-bas.
  • Donne-moi les coordonnées, je vais l’appeler.
  • Je n’ai que le nom, il s’appelle Sunset Ranch Hollywood.
  • Bizarre, je n’y ai pas pensé à celui-là. Ne t’inquiète pas, je vais trouver les coordonnées et l’appeler.

Après une tentative infructueuse, le ranch ne répondant pas au téléphone, Monsieur Davis raccroche.

  • Bon, il rappellera quand il aura le temps.
  • Je peux peut-être demander le numéro à mes amis puisque ce sont eux qui me l’ont fait connaître.
  • S’il n’a pas rappelé d’ici ce soir, tu leur demanderas le numéro de téléphone personnel.
  • D’accord.

Pendant le reste de la journée, j’aide à la mise en place des décors. À 17 heures, je vais voir le réalisateur pour savoir si je dois demander les coordonnées d’Ethan. Comme il n’a pas réussi à le joindre, effectivement il a besoin de mon aide.

Je ferme la porte du bureau et rejoins Frédéric et Sarah.

  • Comment s’est passée ta première journée ? me demande Sarah.
  • Plutôt bien, merci. Est-ce que je peux vous demander quelque chose ?
  • Tu peux tout nous demander, dit Frédéric.
  • Voilà, le réalisateur cherche un ranch pour tourner son film. J’ai pensé à celui d’Ethan, du coup, il a téléphoné, mais Ethan n’a pas rappelé. Je lui ai dit que j’allais vous demander si vous aviez son numéro personnel pour le joindre.
  • En effet, on a son numéro personnel, mais je ne pense pas qu’il soit intéressé par le projet, dit Frédéric.
  • Si c’est Mia qui lui demande, Ethan va accepter, dit Sarah en me regardant.
  • Je ne le connais pas, je l’ai vu qu’une fois.
  • Crois-moi. Ethan sera content de t’aider surtout s’il peut te voir plus souvent. Il ne t’a pas proposé de venir le week-end juste pour la jument, mais pour apprendre à mieux te connaître.
  • Il sait que je suis fiancée, pourtant.
  • Ça ne va pas l’arrêter pour autant. Dès qu’on arrive, je te donne son numéro et tu vas l’appeler.

J’ai attendu d’être seule dans ma chambre pour appeler Ethan. Il répond après la troisième sonnerie.

  • Allô ?
  • Bonjour, c’est Mia. Comment vas-tu ? Sarah m’a passé ton numéro, car j’ai quelque chose à te demander.
  • Bonjour, Mia. Je vais bien, merci. Je suppose que ça doit être important.
  • Assez, oui. Le réalisateur avec qui je travaille cherche un ranch pour tourner son film. Sur le coup, j’ai pensé au tien, mais Frédéric m’a dit que tu ne serais pas intéressé.
  • Ça dépend du projet et de combien de temps ça va durer.
  • Je ne peux pas répondre à cette question. Le mieux c’est que tu appelles le réalisateur demain.
  • Et au fait, je suis désolé de t’avoir dit que tu me plaisais, même si c’est vrai. Je sais que tu es fiancée, mais je n’arrête pas de penser à toi. Je sais que nous deux, c’est impossible, alors si tu me permets d’être ton ami, ça me va.
  • Bien sûr qu’on peut être ami.
  • Si j’ai le temps, je passerai au studio demain pour parler du film.
  • À demain, Mia.
  • À demain.

Je raccroche, puis je regarde si j’ai des messages. Comme ce n’est pas le cas, je redescends. Sarah m’interroge directement.

  • Est-ce qu’il a accepté ?
  • Il n’a pas dit oui, mais ni non, non plus ! Il passe demain au studio pour en parler avec le réalisateur.
  • Je l’avais dit, Ethan craque complètement sur toi.
  • Mais non !
  • On va dîner et on pourrait regarder un film.
  • Quoi comme film ?
  • Douze hommes en colère, me répond Sarah.

Pendant la soirée, je m’inquiète, car Jules n’a pas répondu à mon message de ce matin. Je sais qu’on a un décalage horaire, mais ça m’aurait fait plaisir d’avoir de ses nouvelles. Je tente à plusieurs reprises de lui téléphoner, mais le répondeur me renvoie toujours à mes doutes. Pour quelqu’un qui garde son portable à côté de lui, ça m’étonne. Je décide d’envoyer un message.

« Jules, j’espère que tout va bien. Je t’aime. »

Je reçois un message, mais pas de Jules.

« Est-ce que ta journée s’est bien passée ? »

« Salut les filles, oui très bien. »

« Est-ce que tu as revu ton mystérieux homme ? »

« Non, mais je le vois demain pour un projet

de film. »

« D’accord, n’oublie pas, tu as le droit de t’amuser pendant ton séjour. Ne nous dis pas le contraire, on te connaît et on sait qu’il te plaît. »

« Je ne dis pas le contraire, mais je vous

rappelle que je suis fiancée. »

« Rien n’empêche que tu t’amuses. Jules n’en saura rien. »

« Moi, je le saurai. »

« D’accord, mais avant que tu partes, tu craqueras. »

« Bon, je vous laisse. Je vais dormir. »

« Bonne nuit, Mia. »

Avant que j’éteigne mon portable, je reçois un autre message.

« Bonne nuit, Mia. Fais de beau rêve, à demain. Ethan. »

Je lui réponds.

« Merci, Bonne nuit. À demain. »

« Je te trouve très belle. J’aimerais t’embrasser une seule fois. »

« Je te rappelle que je suis fiancée. »

J’éteins mon portable avant d’avoir sa réponse.

 

 

Chapitre n° 4

Un baiser inattendu

 

Le lendemain matin, je me lève en retard. Je m’habille en vitesse et descends.

  • Salut ! Je suis à la bourre, non ?
  • Bonjour, tu as encore le temps, ne t’inquiètes pas, me dit Frédéric.
  • Mon réveil n’a pas sonné.
  • Ça arrive à tout le monde, me dit Sarah. Pendant qu’on se prépare, prends ton petit-déjeuner.
  • Super, merci.

Pendant leur absence, je pense à mon rêve où j’embrassais Jules, et Ethan le frappait juste après ! Dès que Jules est parti, Ethan m’embrassait à son tour en me disant que je ne risquais plus rien. Ça fait deux nuits maintenant que je rêve d’Ethan. Je suis fiancée, mince ! Je ne peux pas aimer un autre homme ou même penser à un autre homme ! Je ne vais pas me mentir pourtant. Quand j’ai vu Ethan pour la première fois, j’aurais aimé sentir ses lèvres sur les miennes. Frédéric et Sarah me tirent de mes pensées.

  • Tu as fini ?
  • Oui, c’est bon.

Au studio, je pars directement voir Monsieur Davis dans son bureau.

  • Bonjour, Monsieur Davis.
  • Bonjour, Mia. Dis-moi que tu as une bonne nouvelle !

Son impatience montre qu’il est au bout de ses capacités nerveuses. Le tournage est momentanément suspendu au niveau des scènes d’extérieur et je pense que ça le met sur les nerfs !

  • J’ai téléphoné au patron du ranch et il va venir dans la journée pour parler avec vous du film.
  • D’accord, merci, Mia.
  • Ne vous emballez pas, il n’a pas encore dit oui.
  • Je saurai le convaincre d’accepter la proposition.

On frappe à la porte.

En me retournant, je vois Ethan rentrer.

  • Bonjour, je suis Monsieur Davis, le patron du Ranch Sunset Ranch Hollywood.
  • Enchanté, merci d’être venu. Je vous présente Mia, mon assistante, mais je pense que vous, vous connaissez.
  • En effet. Bonjour, Mia.
  • Bonjour, Ethan.
  • Vous vouliez me parler d’un film que vous allez tourner ?
  • Oui, je dois trouver un ranch et le vôtre serait parfait.
  • Mais sans indiscrétion de ma part et surtout j’avoue que je ne connais pas grand-chose aux tournages de film, mais il me semble que vous pouvez créer un décor artificiel de ranch, non ?
  • J’y avais pensé, mais le scénariste veut un vrai ranch. Imaginez-les retombées après le film. Tout le monde voudra venir voir le ranch.
  • Oui, effectivement cela peut m’apporter des clients. Et ce serait pour combien de temps ?
  • Tout dépendra de la météo, mais je pense faire les principales scènes d’ici quinze jours et je pense qu’il faut au moins deux bons mois en tout.
  • Ça ne m’arrange pas, mais je suis d’accord pour vous laisser tourner votre film. En revanche, je ne veux pas qu’on filme ma maison. Je ne veux pas être dérangé dans mon travail.
  • Bien entendu, on ne vous dérangera pas.
  • Je vais vous laisser. Est-ce que Mia peut me raccompagner ?
  • Bien sûr.

Ethan me laisse passer devant et me tient la porte. Dès qu’on est dehors, il me prend par le bras et m’emmène plus loin.

  • J’attends toujours ma réponse à mon message d’hier soir.
  • Je t’ai répondu. Je t’ai dit que je suis fiancée.
  • Je te posais aussi une question sur le prochain message que j’ai envoyé par la suite.
  • Je ne l’ai pas reçu, j’ai éteint mon portable et je ne l’ai pas encore allumé.
  • Donc tu ne l’as pas encore lu ?
  • Tu avais écrit quoi sur ton message ?
  • Accepterais-tu de dîner avec moi un soir ?
  • Tu sais que je vais passer le week-end chez toi.
  • Oui, j’ai hâte. Mais tu ne me réponds toujours pas.
  • D’accord pour le dîner.
  • Bien, une dernière chose avant que je parte.

Ethan m’enlace et pose ses lèvres sur les miennes. Au lieu de le repousser, je lui rends son baiser. Sa langue caresse la mienne, il pose ses mains sur mes reins. Quand on arrête notre baiser, je recherche mon souffle.

  • Si tu savais quel effet tu me fais, me dit Ethan. J’en rêvais depuis dimanche.

Je le repousse d’un coup, réalisant ce que je viens de faire.

  • Ça n’aurait jamais dû arriver !
  • Dis que tu n’as pas aimé, je ne te croirais pas.
  • Tu ne comprends pas, je suis fiancée. J’aime Jules plus que tout.
  • On en reparlera ce week-end.

Ethan part, je le regarde. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais il ne faut pas que ça se reproduise. Je retourne au studio et aide le réalisateur à trouver tous les personnages du film.

Pendant la journée, je pense au baiser que j’ai échangé avec Ethan. Je sais, je n’aurais pas dû lui rendre son baiser. Je suis avec Jules depuis maintenant cinq ans et on est fiancée depuis deux ans. Je me marie dans seulement sept mois.

Le soir, je reste silencieuse. Au lieu de rester avec Frédéric et Sarah, je monte dans ma chambre et rallume mon portable où je reçois le message d’Ethan.

« Veux-tu bien dîner avec moi ce week-end ? Je sais que tu seras chez moi. »

En revanche, je n’ai toujours pas de nouvelles de Jules. Comme j’ai besoin de parler à quelqu’un, j’appelle Sandrine et Ambre. Heureusement qu’elles sont en cohabitation, car ça me fait un coup de fil en moins à passer. En plus, elles travaillent dans la même entreprise d’alimentation. J’espère que je ne les dérange pas. Elles me répondent directement.

  • Bonjour, les filles.
  • Bonjour, Mia, comment vas-tu ?
  • J’ai besoin de vous parler.
  • On t’écoute, mais laisse-nous deviner, c’est par rapport à Ethan.
  • Comment avez-vous deviné ?
  • Tu ne nous appellerais pas juste pour nous parler de ton stage et on te connaît un minimum !
  • C’est vrai.
  • Allez, raconte !
  • On s’est embrassé ce matin après le rendez-vous avec le réalisateur. Il m’a demandé de le raccompagner et il m’a embrassé. Je l’admets, je lui ai rendu son baiser.
  • Est-ce qu’il embrasse bien au moins ?
  • Oui, mais ce n’est pas le sujet. Je suis fiancée avec Jules. Je ne peux pas lui faire ça.
  • Calme-toi. Un baiser, ce n’est rien. Jules n’en saura rien, en tout cas, pas par nous.
  • Vous ne comprenez pas, Ethan veut plus qu’un simple baiser et je ne veux pas qu’il s’imagine quelque chose.
  • Explique-lui quand tu le verras, mais on veut que tu t’amuses aussi, ne pense pas qu’au travail.
  • Vous savez toujours me remonter le moral, les filles.
  • Tu en doutais encore ?
  • Bon, je vous laisse, je dois appeler aussi Jules.
  • Oui, pas de soucis.

On se dit au revoir et je raccroche. Jules ne me répond toujours pas. Il doit être occupé par son travail. Je remarque que j’ai reçu un message.

« Mia, je ne regrette pas de t’avoir embrassé, ta bouche est douce. Je saurais te faire craquer. »

Je lui réponds.

« Ethan, ça ne se reproduira pas. »

« Oh si ! Sois-en sûre. Je t’attends vendredi soir et samedi je t’expliquerai en quoi consiste ton travail avec Esmeralda. »

« OK »

« Bien sûr, je t’aiderai à vaincre ta peur pour remonter. Mais je veux te séduire aussi. Tu vas oublier ton fiancé. »

« Tu peux toujours rêver ! Je l’aime. »

« J’en suis sûr, mais est-ce qu’il t’aime aussi ? Sache que je réussirai à te séduire. »

« Oui, il m’aime, sinon on ne se marierait pas.

Je vais dormir pour être en forme demain. »

« Bonne nuit, Mia ! Fais de beaux rêves. »

J’éteins mon portable. Avec Jules, on parle le plus souvent du travail. Mes conversations avec Ethan sont différentes, en revanche, il est un peu lourd. J’ai beau lui dire que je ne suis pas libre, il continue. Je finis par m’endormir en pensant à Ethan et au baiser qu’on a échangé.

 

 

Chapitre n° 5

Premier week-end au ranch

 

Le vendredi soir arrive bien trop vite à mon goût. Avec Ethan, on a beaucoup parlé par texto pendant la semaine. Je discute aussi pas mal avec Sandrine et Ambre. J’apprends à connaître mieux Sarah et Frédéric. Ils aimeraient se marier, mais l’ex-femme de Frédéric ne signe pas les papiers de divorce. Je n’ai toujours pas eu de nouvelles de Jules depuis son dernier message de lundi. Pour ne pas m’inquiéter, je me dis qu’il doit être occupé par son travail, mais au fond de moi, je sens qu’il se passe quelque chose.

Après ma journée de travail, je repasse à la maison avant de partir au ranch.

  • Est-ce que tu es prête pour le week-end ? me demande Sarah.
  • Je dois juste m’occuper d’Esmeralda pour qu’elle reprenne confiance envers les humains.
  • J’aurais aimé t’accompagner, mais je dois aller chercher mes deux filles chez leur mère, dit Frédéric.
  • Pas de soucis, j’ai hâte de les rencontrer.
  • Si leur mère accepte que je les garde jusqu’à dimanche soir, ça sera possible. Elles adorent les chevaux. Vu l’heure, je dois y aller. À dimanche.
  • À dimanche.
  • Je t’attends, me dit Sarah.
  • Je n’en ai pas pour longtemps.

Je monte dans ma chambre et prends mes affaires. Au passage, je regarde si j’ai reçu de nouveaux messages, mais non.

  • Que se passe-t-il ?
  • Pas grand-chose, je n’ai toujours pas de nouvelles de Jules depuis lundi.
  • Il doit être occupé à son travail.
  • C’est que je me dis, mais je le connais, il garde toujours son portable avec lui, même au travail.
  • Avant la fin du week-end, il t’aura envoyé un message, tu verras, tente de me rassurer Sarah.
  • J’espère, oui.
  • Sinon, il y a Ethan.
  • Non, j’aime Jules et lui aussi m’aime.
  • Je plaisante ! Je te dépose et je rentre de suite. Je veux être là quand les filles de Frédéric arriveront.
  • Pas de soucis.

On arrive vingt minutes après et Sarah me laisse comme prévu. Ethan arrive juste quelques secondes après.

  • Bonjour, Mia !
  • Salut, Ethan. Tu vas bien ?
  • Laisse-moi porter ton sac.

Il est très prévenant et ça me fait plaisir.

  • Je te ferai visiter demain le ranch. Pour l’instant, je te montre ta chambre.

On monte au deuxième étage.

  • Voici ma chambre, me dit Ethan en me montrant une porte. Là, c’est la salle de bains puis à côté, ta chambre.
  • D’accord.
  • Tu veux peut-être te rafraîchir un peu avant le dîner ?
  • Oui, merci.
  • Tu comptes me répondre par monosyllabe tout le week-end ?
  • Je suis désolée, je suis un peu fatiguée de ma première semaine.
  • Je peux le comprendre. Voilà ce que je te propose : va prendre une bonne douche et rejoins-moi dans la salle à manger pour le dîner.
  • Où elle est ?
  • Quand tu descends, c’est sur ta gauche.
  • Mia, je n’ai pas renoncé à te séduire.
  • Tu peux toujours essayer !
  • On verra bien si j’y arrive. Je t’attends.

Dès qu’il est parti, je m’écroule sur le lit pour décompresser un peu. Il s’est passé tellement de choses depuis une semaine que j’en ai la tête qui tourne. Le travail est prenant. Je n’arrête pas. Entre amener les auteurs sur le plateau, mettre en place les décors. Imprimer les plannings pour les comédiens juste avant qu’ils partent, m’occuper des figurants. Avant de venir faire ce stage, je n’imaginais pas comme ça un tournage. Bien sûr, je me doutais bien qu’il fallait plusieurs mois pour réaliser un film. En revanche, le réalisateur demande souvent de refaire une scène. Parfois même, on reste sur la même scène pendant toute la journée. Quand c’est le cas, je suis obligée de refaire les plannings pour le lendemain.

Après ces quelques réflexions et une bonne douche, je retrouve Ethan comme prévu.

  • Assois-toi.

Je m’assois à côté de lui.

  • C’est le repas qui sent aussi bon ?
  • Je nous ai préparé un « Salisbury Steak aux champignons et oignons ». J’espère que tu vas aimer.
  • Qu’est-ce qu’il y a dedans ?
  • Alors, il y a du bœuf haché, oignons, champignons, fromage, chapelure et du bouillon de bœuf.
  • Tu as dû passer du temps pour le préparer !
  • Ne t’inquiète pas, j’aime cuisiner et je voulais te faire plaisir ce soir.
  • Merci, c’est très gentil !

On commence à manger, dès le début, je suis conquise.

  • C’est trop bon !
  • Je suis content que ça te plaise.
  • En quoi va consister mon travail ?
  • Pour le moment, il va consister à redonner confiance à Esmeralda, puis aussi à la faire bouger un peu.
  • Je te l’ai dit, je ne monte plus.
  • Je m’en souviens et je ne te demande pas de la monter demain. Je ne te mettrais jamais de pression. Je sais que tu peux le faire, mais je te laisse aller à ton rythme.
  • Oui, c’est mieux. On se lève à quelle heure demain ?
  • Il n’y a pas d’heure. Si tu veux commencer le matin, tu peux, ou l’après-midi, comme tu veux.
  • Je suis désolée, Ethan, je vais aller dormir, je suis crevée après cette semaine de travail, dis-je tout en bâillant.
  • Il n’y a aucun souci, Mia. À demain. Dors bien.
  • Merci pour le repas. À demain, Ethan.

Je vais dans ma chambre, il n’est que 21 heures, mais je ne me voyais pas rester auprès d’Ethan une seconde de plus. Je ne peux pas nier qu’il a du charme. Si je n’étais pas fiancée, je pourrais très bien craquer sur lui. En parlant de bien-aimé, j’espère avoir un message de Jules. Dès que je suis dans la chambre, je regarde mon portable. Pas de nouveaux messages, en revanche, j’ai un message de Sandrine et d’Ambre.

« N’oublie pas de t’amuser, bon, week-end. »

« Salut, les filles ! Je suis au ranch pour

travailler, et non pour m’amuser. »

« Est-ce que tu as eu des nouvelles de Jules ? »

« Non, pas encore, mais il doit être occupé

avec son travail. »

« Sa fiancée est partie à l’autre bout du monde, il ne s’inquiète pas beaucoup. »

« Depuis quand êtes-vous inquiètes pour Jules ? »

« On ne s’inquiète pas pour lui, mais pour toi. On ne veut pas que tu sois déçue. »

« Merci, les filles, si vous le voyez, dites-lui

que j’attends de ses nouvelles, même mauvaises. »

« Compte sur nous, Mia, gros bisous. »

« Bisous. »

Avant d’éteindre mon portable, j’appelle Jules sans réponse de sa part. Je m’endors très vite.

Le lendemain matin, je me lève pour 8 heures. Ethan est lui aussi déjà réveillé et il me sourit quand je le rejoins.

  • Bonjour, est-ce que tu as bien dormi ?
  • Oui, merci. Et toi aussi ?
  • Tu prends quoi pour le petit-déjeuner ?
  • Du café et du jus d’orange, je mange aussi des œufs.
  • Bien, assois-toi, je vais t’en préparer.
  • Ne te dérange pas, je peux bien prendre autre chose.
  • Si ça me dérangeait, je ne t’aurais pas proposé de le faire. Alors, assois-toi et je reviens.

Je m’assois sagement et cinq minutes plus tard, il dépose devant moi une belle assiette.

  • Merci, mais tu n’aurais pas dû.
  • Ça me fait plaisir et arrête de me remercier. Finis ton petit-déjeuner, pas la peine de débarrasser, je le ferai. Esmeralda est dans l’enclos, je ne serais pas loin. Là je dois donner à manger aux autres chevaux.
  • Est-ce que tu veux de l’aide ?
  • Non, ça ira. Si tu as besoin de quelque chose, viens me voir.

Je finis mon petit-déjeuner, puis je décide de débarrasser et nettoyer la vaisselle quand même. Dès que tout est propre, je vais voir Esmeralda. Au début, je reste en dehors de l’enclos et la regarde galoper. Au bout de quelques minutes, je rentre dans l’enclos et m’approche de la jument.

  • Bonsoir, Esmeralda. Je ne sais pas si tu te souviens de moi.

Je tends la main devant elle pour qu’elle me sente. Elle s’approche un peu et me laisse la caresser.

  • Tu sais, tu me rappelles ma jument, elle est en France. Depuis un an, elle ne veut plus que je l’approche. Je ne sais pas pourquoi. Est-ce que ça te dit qu’on devienne amie ?

Elle me lèche la main pour me donner sa réponse.

  • Aujourd’hui, on va simplement marcher dans l’enclos. Je ne peux pas te monter pour le moment.

Pendant toute la matinée, Esmeralda galope autour de l’enclos. Je la regarde faire. Je ne vois pas Ethan.

  • J’ai eu raison de te faire confiance, c’est la première fois que je la vois galoper.
  • Je ne t’avais pas entendu arriver.
  • Normal, j’ai fait doucement. Est-ce que tu veux faire une pause ?

Quand je passe juste à côté de lui, il me prend la main.

  • Attends, je voulais juste te dire que je te trouve vraiment belle et que j’aimerais t’embrasser.
  • Ethan, il ne faut pas.
  • Je sais, mais je ne peux pas m’empêcher d’avoir envie de toi. Ton fiancé a de la chance. Sache que je ne t’embrasserai pas sauf si tu me le demandes.
  • Alors, tu peux toujours attendre !
  • Je ne suis pas sûr, mais je pense que tu as envie que je t’embrasse, mais tu résistes. Je saurais te faire craquer.

On passe la pause à parler de beaucoup de choses. Il m’apprend qu’il est arrivé aux États-Unis il y a dix ans et qu’il est tombé sous le charme.

Le soir avant de manger, je vais me changer et je profite pour vérifier mes messages. J’en ai un de Sandrine et d’Ambre comme d’habitude. Je l’ouvre et je remarque que c’est une photo avec une légende.

« On est désolées, Mia, mais on devait te la montrer. »

La photo s’ouvre et je vois Jules avec une autre fille, ils s’embrassent. Je n’y crois pas, Jules ne me ferait pas ça surtout à sept mois de notre mariage. C’est un montage, du moins j’essaie de m’en convaincre. Je m’allonge sur le lit et pleure un bon coup. Ethan rentre dans la chambre et me trouve allongée.

  • Que se passe-t-il, Mia ?
  • Laisse-moi !
  • Je te laisserai quand tu m’auras dit ce qu’il se passe. Tu as eu une mauvaise nouvelle ?

Je lui montre la photo qu’il regarde.

  • D’accord, c’est le fameux Jules.
  • Oui, pendant que je m’inquiète, il s’amuse à embrasser une fille.
  • C’est peut-être un montage.
  • Qui t’a envoyé cette photo ?
  • Mes deux meilleures amies. D’accord, elles ne l’aiment pas, mais elles sont incapables de me mentir.
  • Je vois.

Ethan s’allonge à côté de moi et me prend dans ses bras.

  • Je suis sûr qu’il y a une explication.

Je me tourne dans ses bras et me trouve face à lui. Je lui demande :

  • Embrasse-moi.
  • Non, Mia, je ne t’embrasserai pas ce soir. Tu risques de le regretter après. Le jour où on s’embrassera, je veux que ce soit magnifique et non parce que tu as de la peine. Je ne profiterais pas de toi. Je le pourrais, mais non. Viens, je nous ai préparé un bon repas, ça te fera du bien.

Ethan m’aide à me lever et on descend. Pendant tout le reste la soirée, il me fait rire, mais quand je suis dans ma chambre seule, je me remets à pleurer. Au lieu de me laisser toute seule, Ethan vient me voir et reste avec moi toute la nuit. Il pourrait profiter de la situation, mais non, il me tient juste dans ses bras.

 

 

Chapitre n° 6

La photo

 

Le lendemain matin quand je me réveille, Ethan n’est plus là, je m’habille puis je descends. Je le retrouve en bas.

  • Je suis désolée pour hier soir.
  • Ne t’excuse pas.
  • Je te remercie de ne pas avoir accepté de m’embrasser. Je ne sais pas à quoi je pensais.
  • Tu étais sous le choc de la photo. Je ne voulais pas profiter de toi alors que tu étais triste. Mais je l’admets que j’ai dû faire appel à tout mon contrôle pour ne pas craquer.
  • Est-ce que tu es resté avec moi toute la nuit ?
  • Non, j’ai attendu que tu t’endormes, puis je suis partie. Écoute, tu me plais et j’ai envie de toi. Rien que de te tenir dans mes bras hier soir m’a fait plaisir, mais si j’étais resté, je n’aurais pas pu résister. Le jour où l’on couchera ensemble, je veux que tu sois sûre de toi et non pas pour te venger.
  • Ça n’arrivera jamais. Hier, je ne savais plus où j’en étais. Je n’avais pas eu de nouvelles de Jules depuis lundi et de plus, mes amies ne l’aiment pas. Elles ferraient tout pour qu’on ne soit plus ensemble.
  • J’aime les défis. Pour parler d’autre chose, Sarah, Frédéric et ses filles vont venir ce matin.
  • Ah, génial ! Est-ce que je dois faire travailler Esmeralda ?
  • Si tu en as envie, oui. J’aimerais mieux te faire visiter le ranch, mais à cheval.
  • Je ne me sens pas prête à monter.
  • Ça sera pour un autre jour. Tu m’as dit que tu étais tombée pendant un saut et ta jument ne voulait plus te voir, c’est ça ?
  • Oui, mais je ne me souviens pas comment je suis tombée.
  • Est-ce que tu as demandé les raisons à ceux qui étaient là ce jour-là ?
  • Oui, mais ils étaient trop loin pour voir.
  • C’était pendant les qualifications pour aller aux championnats du monde de l’année dernière ?
  • Oui, mais je ne vois pas où ça peut m’aider de savoir ça.
  • Si c’étaient les qualifications, ça a dû passer à la télé.
  • C’était en direct en effet, mais je n’ai jamais regardé, car ça me faisait plus de mal qu’autre chose.
  • Pourtant, ça peut t’aider à comprendre. Je me souviens que j’avais enregistré, car je devais partir pour la semaine. Je n’ai jamais regardé la cassette.
  • Est-ce que tu l’as encore ?
  • Il faudrait que je fouille pour la trouver. Est-ce que tu serais d’accord pour la regarder si je la trouve ?
  • Oui, mais pas si ma chute est trop violente.
  • Si je la retrouve, je la regarderai avant pour être sûr que c’est regardable. Tu as ma parole.

On entend une voiture arriver.

  • On dirait qu’ils sont arrivés. Finis ton petit-déjeuner tranquillement et rejoins-nous.

Ethan part et je finis de manger. Dès que tout est débarrassé, je rejoins tout le monde, mais je m’aperçois que Frédéric manque à l’appel.

  • Où est Frédéric ?
  • Il est allé directement chercher son cheval, me répond Sarah. Son ex-femme n’a pas voulu qu’il prenne ses filles pour le week-end. Il ne m’a pas donné la raison, mais je sais que c’est à cause de moi. Son ex-femme n’accepte pas notre relation.
  • Mais, elle n’a pas le droit d’empêcher Frédéric de voir leurs enfants ! Elles ont besoin de leur père.
  • Oui, c’est assez compliqué. Pour résumer, notre histoire a débuté pendant un film qu’on tournait ensemble. Frédéric a tout de suite été honnête envers sa femme. Il l’a prévenue dès que c’est devenu sérieux entre nous. Leur couple battait déjà de l’aile. Ça va faire maintenant un an qu’il a demandé le divorce et elle n’a toujours pas signé.
  • Il ne lui a quand même pas dit par téléphone qu’il demandait le divorce ?
  • Non, elle tournait aussi dans le même film. Au début, on a fait attention, mais plus les jours sont passé, plus on ressentait le besoin d’être ensemble.
  • Ça ne doit pas être facile de se voir maintenant.
  • Elle s’est mise en arrêt de travail.
  • Comment s’est fini le film ?
  • Il ne restait pas beaucoup de scènes à tourner, du coup ça allait. Et toi, comment s’est passé ton week-end ?
  • Plutôt bien, Ethan est super gentil.
  • Est-ce que tu as eu des nouvelles de Jules ?

Je me mets à pleurer en entendant son prénom.

  • Hé ! Qu’est-ce qu’il se passe ?
  • Hier soir, j’ai reçu une photo qui montre Jules qui embrasse une autre fille.
  • Ah oui, c’est dur. Est-ce que tu lui as demandé une explication ?

— Pas encore, je me dis que c’est un montage et que mes deux meilleures amies ont voulu me faire rompre avec cette photo.

  • Comment ça ?
  • Au début, elles étaient amies avec Jules, mais depuis un moment, elles le détestent. J’ai beau leur demander pourquoi, personne ne me répond.
  • À quel moment ça a commencé ?
  • Je dirais après ma chute de cheval.
  • Tu devrais leur demander la raison.
  • Peut-être, tous les trois comptent pour moi.
  • Est-ce que tu fais confiance à Jules ?
  • Bien sûr !
  • Alors, il doit avoir une explication. Demande-le-lui. Ne reste pas sans savoir.
  • Je vais le faire.
  • Bien, pour parler d’autre chose, Frédéric et moi, on va passer les tests pour tourner dans le film dont tu t’occupes.
  • C’est super ! Il y a des scènes qui seront tournées ici.
  • On l’a appris.

Ethan revient vers nous à ce moment.

  • Frédéric va revenir d’ici deux heures, dit Ethan.
  • D’accord.
  • Je vais aller voir Esmeralda, dis-je.
  • Elle est dans l’enclos.

Avant d’aller voir Esmeralda, je décide d’aller prendre mon portable. Un message clignote.

« Bonjour, Mia. On est désolées pour la photo. On espère que tu vas bien. »

« Bonjour, je vous répondrai après, mais je dois

avant demander des explications à Jules. »

Je réfléchis avant d’envoyer un message quand c’est bon, je l’envoie avec la photo.

« Bonjour, Jules. Tout va bien pour toi à ce

que je vois, je ne te manque pas trop. »

Je redescends et vais voir Esmeralda. Dix minutes plus tard, j’ai une réponse.

« Bonjour, je suis désolé de ne pas t’avoir donné des nouvelles pendant la semaine. J’étais très occupé. La photo est un montage. Je suis resté chez nous. Je ne te tromperai jamais. »

« La photo, je l’ai eue par Sandrine et Ambre,

elles ne m’auraient jamais menti. »

« Tu sais très bien qu’elles ne m’aiment pas. »

« Je le sais et j’aimerais savoir pourquoi. »

« Demande-leur, je n’ai rien fait de mal. »

J’envoie un nouveau message à Sandrine et Ambre.

« Jules vient de me dire qu’il n’est pas sorti

et que la photo est un montage. »

« Mia, tu nous connais, on ne t’aurait pas envoyé cette photo sans être sûres de nous. »

« Je le sais, mais vous ne l’aimez pas. »

« C’est vrai, mais jamais on ne te mentirait sur ça. »

« Est-ce que vous pouvez me dire

pourquoi vous ne l’aimez plus ? »

« Si tu peux regarder les qualifications de l’année dernière, tu vas comprendre, la vidéo est sur internet. »

« D’accord, merci, les filles. »

Je dis juste bonjour à Esmeralda et rejoins Ethan et Sarah.

  • Tout va bien ? me demandent-ils en voyant mon air contrarié.
  • Ethan, on peut aussi trouver la vidéo sur internet, si tu ne la retrouves pas.
  • Tu veux quand même que je la visionne avant ?

Sarah qui ne sait pas de quoi on parle me questionne du regard.

  • Il se peut que quelque chose se soit passé. Quelque chose ce jour-là qui aurait fait que Sandrine et Ambre en veuillent à Jules.
  • D’accord, on regardera dès que je mets la main dessus.
  • Est-ce que tu as eu l’explication de Jules ? me demande Sarah.
  • Oui, il n’est pas sorti hier, pour lui c’est un montage. Pour le moment, je ne sais pas si je dois le croire.
  • Mais tu as un doute ?

On continue à parler pendant encore deux heures quand Frédéric revient.

  • Bonjour, Mia. Je suis désolée d’être parti.
  • Pas de soucis, Sarah m’a expliqué.
  • D’accord, comment ça s’est passé ?
  • Très bien.
  • On va te laisser, Ethan, dit Frédéric.

Avant qu’on parte, Ethan se retourne vers moi.

  • Si tu as besoin de parler, je suis là. Je vais chercher la cassette, je te le promets.
  • À vendredi.
  • À vendredi.

On se fait la bise et je pars avec Sarah et Frédéric.

 

 

Chapitre n° 7

La découverte

 

Le lundi soir, j’échange des messages avec Ethan.

« Mia, j’ai retrouvé la cassette, je l’ai visionnée et il n’y a rien de violent. En revanche, j’ai vu quelque chose qui m’intrigue. »

« Merci, Ethan. C’est quoi qui t’intrigue ? »

« Je préfère que tu voies avant d’en parler, mais ça peut expliquer ta chute. »

« Merci pour ce que tu fais pour moi. »

« C’est normal, tu es mon amie, même si j’avoue que j’aimerais que tu sois plus qu’une amie. »

« Je le sais, Ethan, mais ce n’est pas possible. »

« Est-ce que tu as eu Jules depuis hier ? »

« Oui. »

« D’accord, si la photo est vraie, est-ce que tu lui pardonneras ? »

« Je ne sais pas. Je l’aime, s’il m’a trompé,

je ne pense pas lui pardonner. »

« Même si c’est juste un baiser ? »

« Un baiser ne veut pas dire qu’il me trompe. »

« Donc, tu ne l’as pas trompé quand tu m’as embrassé mardi dernier. »

« Déjà, c’est toi qui m’as embrassée. »

« Si mes souvenirs sont bons, tu m’as rendu mon baiser et tu as pris du plaisir. »

« Tu as dû rêver. »

« Si c’est le cas, c’était un magnifique rêve. »

« Bon, je te laisse, je travaille tôt demain. »

« Bonne nuit, fais de beaux rêves. Bisous »

« Bonne nuit, Ethan. »

« Je n’ai pas le droit à un bisou, je suis déçu. »

« Bisous, tu es content ? »

« Oui. »

J’ai menti à Ethan, je n’ai pas eu de nouvelles de Jules depuis le dernier message d’hier. Je ne veux pas qu’Ethan ait des illusions, car même si c’est vrai que Jules me trompe, entre nous deux ce n’est pas possible. Je reste un an à Los Angeles. Bon, je dois dormir pour être en forme demain. On commence les tests pour trouver les personnages du film. J’espère que Sarah et Frédéric seront retenus.

Le lendemain matin, j’ai un message de Jules.

« Bonjour, Mia. Si je ne t’ai pas envoyé de message dimanche et hier, c’est simplement que je ne savais pas comment te le dire. Samedi après le travail, je suis sorti avec l’équipe et on a joué à action et vérité. J’ai choisi, action et j’ai dû embrasser une fille. »

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai du mal à le croire. Je décide de ne pas lui répondre tout de suite. Le soir, j’envoie un message à Jules.

« Bonsoir, Jules, j’ai bien reçu ton message. »

Durant les jours suivants, Ethan et moi, on parle tous les soirs. Si je ne me sens pas bien, il arrive toujours à me faire rigoler. Quand arrive le vendredi soir, je suis contente d’aller au ranch. J’espère comprendre ma chute de cheval et pourquoi ma jument a peur de moi. Cette fois, Frédéric et Sarah m’accompagnent.

  • On revient dimanche soir et rappelle-toi, tu restes ici pour le tournage du film.
  • Je suis contente que vous fassiez le film.
  • Merci, mais ça ne sera pas du repos. On t’expliquera dimanche.
  • D’accord.

Je sors de la voiture et rejoins Ethan dans la maison.

  • Bonsoir, Mia !
  • Pour ce soir, tu as le choix. On peut manger tout de suite ou bien regarder la cassette, c’est comme tu veux.
  • J’aimerais regarder directement la cassette.
  • D’accord, j’en étais sûr. J’ai déjà tout préparé.

On va dans la salle et Ethan met en route la cassette.

  • Est-ce que tu veux voir tous les passages ou juste ta chute ?
  • J’aimerais seulement voir mon passage.

Ethan avance jusqu’à mon passage. Je regarde sans parler. Au moment où je dois sauter le dernier obstacle, j’aperçois tout de suite qu’il se passe quelque chose. Ethan met sur pause et me dit :

  • Est-ce que tu l’as vu aussi ?
  • Quoi ?

Ethan revient en arrière et mets de nouveau sur pause.

  • Regarde bien les sabots de ta jument.

Je regarde bien et là je vois qu’elle a quelque chose dans un sabot.

  • Qu’est-ce que c’est ?
  • Je ne sais pas, mais ça peut expliquer ce qui suit.

Ethan remet en marche et je me vois tomber la tête en arrière. Je vois Jules arriver suivi de Sandrine et Ambre. Jules s’occupe de ma jument et touche un sabot. On dirait qu’il enlève quelque chose. Sandrine lui parle, mais on n’entend pas.

  • Est-ce que tu te souviens si ta jument était blessée avant que tu passes ?
  • Non, tout allait bien. C’est Jules, qui s’en est occupé. Elle a dû se blesser durant les autres sauts.
  • Je vois. Dis-moi, si c’était Jules qui était tombé, est-ce que tu te serais occupée du cheval en premier ?
  • Bien sûr que non, je me serais inquiétée pour lui. Pourquoi me poses-tu cette question ?
  • Car la première chose que Jules pense, c’est à ta jument. Il n’est pas venu te voir.
  • Il fallait bien la calmer, aussi.
  • Arrête de lui trouver des excuses. Sache que je n’ai pas mis le son, pour que tu n’entendes pas ce que ton amie dit à Jules.
  • Mets le son.

Ethan revient au moment, où Jules, Sandrine et Ambre arrivent et il met le son. En écoutant, c’est le choc.

  • Pourquoi as-tu fait ça ? dit Sandrine.
  • Je n’ai rien fait, dit Jules.

Sur les images, on le voit ouvrir une main et un clou en tombe.

  • Je suis désolé, Mia. J’ai regardé deux fois, j’ai demandé à un ami de faire agrandir l’image. Mon ami a regardé aussi le sabot et il est formel, ta jument avait un clou planté dedans. Elle a supporté la douleur pendant tout le parcours, mais elle était trop forte au dernier. Tu n’as rien à te reprocher.
  • Jules ne m’aurait jamais fait une chose pareille !
  • Les images sont là.

Sans regarder Ethan, je prends mon portable et appelle Jules qui me répond tout de suite.

  • Dis-moi que c’est faux ! Est-ce que tu as mis un clou dans le sabot de ma jument avant que ça soit mon tour ? Je veux la vérité !

Après quelques secondes de silence qui me paraissent hyper longues, Jules se décide à parler.

  • C’est Sandrine qui t’en a parlé ?
  • Alors, c’est vrai ?
  • Je ne voulais pas te blesser. Je n’aurais pas supporté que tu sois qualifiée.
  • Tu te rends compte que j’aurais pu y laisser ma vie !
  • Je le sais. Ne m’en veux pas, s’il te plaît !
  • Est-ce que c’est pour ça que Sandrine et Ambre ne t’aiment plus ?
  • Oui, elles m’ont vu retirer le clou. Pardonne-moi, s’il te plaît.
  • J’ai besoin de réfléchir.

Je raccroche et Ethan me demande :

  • Est-ce qu’il a avoué ?
  • Oui, c’est bien lui.
  • Je suis désolé, Mia. Que vas-tu faire ?
  • Je n’en sais rien, tout ce qui arrive depuis une semaine remet tout en doute.
  • Est-ce que c’est toi qui as fait naturellement la promesse de plus monter ?
  • Je te l’ai dit, quand je suis sortie du coma, mes parents m’ont fait promettre de ne plus monter, car ils ne voulaient pas me perdre. Quand j’y repense, Jules était là et il m’a dit que c’était la faute de ma jument si j’étais tombée.
  • Et tes deux meilleures amies ?
  • Elles sont venues me voir un jour après et m’ont dit que ma jument allait bien.
  • Elles ne l’ont jamais dit pour Jules ?
  • Non, mais je ne les aurais pas crus, de toute façon.
  • Je comprends.

Ethan arrête la cassette et se met à genoux devant moi.

  • Mia, n’y pense plus pour le moment. Ne prends pas de décision rapidement.
  • Tu veux que je prenne quelques jours pour prendre ma décision alors que tu me veux ?
  • Oui, je te veux, mais pas comme ça. Je te l’ai dit, je veux que tu sois sûre de toi.

En me parlant, il rapproche son visage du mien. Ses yeux ne me quittent pas un instant. Quand ses lèvres touchent les miennes, il les caresse doucement. Au lieu de continuer, il arrête. Je regarde Ethan et lui dis :

  • Embrasse-moi, s’il te plaît.
  • Non, Mia. Si tu veux que je t’embrasse, c’est pour te venger de Jules et non autre chose.
  • Je n’ai pas envie de me venger de Jules.
  • Alors pourquoi tu m’as embrassée ?
  • Je n’aurais pas dû, je suis désolé.
  • J’ai envie de sentir de nouveau tes lèvres sur les miennes.
  • Est-ce que tu vas le regretter après ?

Ses lèvres se rapprochent de nouveau et ils les posent sur les miennes. Je commence à faire de petits bisous puis Ethan le prend pour une invitation et il m’embrasse franchement. Ethan intensifie son baiser en passant sa langue entre mes lèvres et caresse ma langue. Jules ne m’a jamais embrassé comme ça. Il pose une main au niveau de ma nuque puis arrête son baiser.

  • Mia, il faut qu’on arrête. Je ne pourrai pas m’arrêter si on continue. Je sais que tu n’es pas prête pour la suite.
  • Comment peux-tu être sûr que je ne suis pas prête ?
  • Je le sais, c’est tout. Écoute, à ce jour, tu ne sais plus où tu en es. Dans ta tête, c’est le bordel. Ne t’inquiète pas, je t’attendrai.
  • Je te signale que je me marie dans sept mois.

Malgré cette échéance, je commence à douter de moi.

  • Je le sais.

Ethan se lève et va chercher le repas. Je ne sais pas si le mariage va avoir lieu. Plus les jours passent, plus je remarque que je pense moins à Jules. Je suis attirée par Ethan depuis le premier jour. De plus, j’apprends beaucoup de choses au sujet de mon fiancé. Je ne l’aurais pas cru capable de me faire louper les qualifications. Je comprends mieux pourquoi ma jument m’en veut. Je n’ai même pas vu qu’elle était blessée. J’ai fait confiance à Jules. Ethan revient dans la salle.

  • J’espère que tu as faim.
  • Demain, est-ce que tu peux m’aider à remonter à cheval ?
  • Bien sûr. Viens manger, je nous ai préparé une bonne salade française.

On mange en silence. Après manger, Ethan m’accompagne jusqu’à ma chambre. Avant que je rentre, il me bloque contre le mur et il m’embrasse encore, fougueusement.

  • Je suis désolé, Mia, mais je n’ai pas pu résister.

Mon téléphone sonne.

  • Je dois répondre.
  • Bien sûr, je te laisse. À demain, Mia.
  • À demain.

Ethan part puis je rentre, je rappelle Sandrine qui vient de me téléphoner. Elle me répond directement.

  • Bonjour, tu viens de me téléphoner ?
  • Bonjour, Mia. Oui, avec Ambre, on se demandait si tu avais pu regarder les qualifications de l’année dernière.
  • J’ai regardé ce soir. Pourquoi ne m’avez-vous pas dit tout de suite que c’était à cause de Jules que je suis tombée ?
  • On lui a dit de te l’avouer, mais on sait qu’il ne l’a pas fait.
  • Alors, pourquoi ne pas me l’avoir dit ?
  • On est désolée, Mia. On aurait dû t’en parler, quand on a su que Jules ne t’en parlait pas.
  • Ouais, je ne vous en veux pas. C’était à lui de m’en parler.
  • Que vas-tu faire par rapport à ça ?
  • Pour le moment, je ne sais pas. Pour parler d’autre chose, je crois que j’ai fait une bêtise.
  • Impossible, raconte-nous.
  • Après avoir regardé la cassette ce soir, j’ai demandé à Ethan de m’embrasser et il l’a fait.
  • Eh bien ! Où est le problème ?
  • Les filles, j’aime Jules, même s’il m’a menti.
  • D’accord, on te la dit, tu peux t’amuser et ce n’est que des baisers. Est-ce qu’il embrasse bien quand même ?
  • Ethan embrasse comme un dieu, j’avais envie qu’il me fasse l’amour.
  • On connaît quelqu’un qui craque pour un certain Ethan !
  • Non !
  • Tu peux nous le dire, on ne le dira à personne.
  • Bon, d’accord ! il est charmant et oui je suis attirée par lui, mais je vais me marier.
  • Tu restes un an aux États-Unis, personne ne le saura. On t’a dit, amuse-toi. Vis ta vie, quand tu seras mariée, tu ne pourras plus rien faire. Déjà que Jules t’a empêché de pratiquer l’équitation et on te rappelle que tu as négocié pour partir. Jules t’aurait bien enfermée chez vous pour que tu ne partes pas.
  • Je le sais, mais il m’a laissée partir.
  • Oui, il s’est dit que si tu n’es pas là, il a le champ libre pour draguer toutes les filles qu’il veut.
  • Vous allez arrêter avec ça ! Jules ne me trompe pas, il jouait à action et vérité et il a dû embrasser une fille.
  • C’est ce qu’il t’a dit.
  • Oui et je le crois.
  • D’accord, on s’est peut-être trompée.
  • Je vous laisse, les filles. Je suis fatiguée.
  • Pas de souci.

Je raccroche puis je vais au lit. Pendant la nuit, je rêve d’Ethan, mais aussi de Jules.

 

 

Chapitre n° 8

Essayer de remonter à cheval

 

Le lendemain en me réveillant, je remarque que mes draps sont au sol. J’ai dû les faire tomber durant la nuit. J’ai fait un rêve assez chaud. Au début, j’étais avec Jules puis Ethan le remplaçait. On s’embrassait et c’est devenu brûlant. Il m’a allongée sur le canapé où il me faisait l’amour. On recommençait très souvent après.

Aujourd’hui, Ethan va m’aider à remonter à cheval, mais j’y pense, je n’ai pas de tenue pour monter. Ethan est déjà prêt en bas.

  • Bonjour, tu me rejoins dehors ?
  • Bonjour, oui, attends, je n’ai pas de tenue pour monter à cheval.
  • C’est pas grave, on va aller t’en acheter une ce matin.
  • Je peux aussi rester comme je suis.
  • Non, tu ne vas pas abîmer tes vêtements, d’autant plus que tu es belle avec. Je vais aller préparer la voiture et dès que tu es prête on y va.

Dans le magasin, je me prends une tenue pour l’équitation puis aussi tout le matériel qu’il me faut. À la caisse, je me demande comment je vais payer tous mes achats.

  • Ne t’inquiète pas, je paie, me dit Ethan. Ça me fait plaisir.
  • Je ne peux pas accepter.
  • Tu vas accepter et c’est tout. Je te l’ai dit, ça me fait plaisir.
  • Dès que j’ai l’argent, je te rembourse.
  • On verra bien.

Ethan paie puis on part. Avant de démarrer, il me regarde et me demande :

  • Est-ce que tu regrettes ce qu’il s’est passé hier soir ? Je parle du moment où tu m’as demandé de t’embrasser et aussi quand je t’ai embrassée dans le couloir.
  • Je devrais le regretter, mais je n’y arrive pas, parce que j’ai apprécié.
  • Est-ce que ça veut dire que tu craques pour moi ?
  • Non, j’aime Jules, mais c’est vrai que tu embrasses bien.
  • Eh bien ! Merci du compliment !

Ethan démarre. Pendant quelques minutes, il reste silencieux.

  • Est-ce que tu m’en veux ?
  • Pourquoi je t’en voudrais ?
  • Parce que je ne craque pas pour toi.
  • Bien sûr, tu m’as prévenu que tu étais fiancée, mais je ne vais pas te laisser pour autant. D’autant plus que maintenant je sais que tu ne regrettes pas hier soir.

Arrivés au ranch, je le préviens que je vais me changer.

  • D’accord, je t’attends à côté de l’enclos.

Devant les chevaux, j’hésite.

  • Est-ce que tu es prête ?
  • Je stresse un peu.
  • C’est normal. Rappelle-toi, Esmeralda a peur aussi. Il faut qu’elle ne remarque pas ton stress.
  • Oui, je comprends.

Ethan se rapproche d’Esmeralda et je le suis. Arrivé à côté, je respire un bon coup.

  • Écoute, on va commencer sans la selle, car elle a plus l’habitude.
  • Je ne suis jamais monté sans selle.
  • Ne t’inquiète pas, tout ira bien et je reste à côté.

Je regarde Esmeralda et dis :

  • Bonjour, ma belle. Est-ce que tu me laisserais te monter ?

Je la caresse et me positionne pour monter. Au moment où je vais pour passer mes jambes, Esmeralda part. Ethan me rattrape juste avant que je tombe.

  • Elle a peur !
  • Il faudra du temps. Et toi, comment vas-tu ?
  • Ça va. Est-ce que tu peux me raconter son histoire ?
  • Bien sûr. Je l’ai recueillie il y a maintenant quelques mois. Son cavalier a fait une mauvaise chute, il ne peut plus monter. Il n’a pas voulu la garder, elle est restée environ une semaine sans manger. Quand je l’ai récupérée, elle ne voulait pas que je m’approche. Elle a fini par m’accepter, mais elle n’a jamais voulu que je la caresse comme toi tu le fais.
  • Je comprends mieux, mais je ne sais pas si je vais réussir à la monter.
  • Si une personne peut la monter, c’est bien toi ! Elle t’a tout de suite acceptée.
  • Je veux bien essayer encore.
  • Bien, mais plus tard, pour l’heure j’aimerais te montrer un endroit.

Ethan va chercher son cheval et me rejoint.

  • Tu sais que je ne monte toujours pas.
  • Fais-moi confiance, me dit-il en tendant sa main.

Je la prends et il m’aide à monter derrière lui.

  • Est-ce que tu es à l’aise ?
  • Oui, j’ai un peu peur, quand même.
  • Ne t’inquiète pas, on ira doucement.
  • Où m’emmènes-tu ?
  • C’est une surprise.

On part, pendant tout le trajet, Ethan me demande si je vais bien. Au bout d’une heure, on arrive à un magnifique endroit.

  • C’est magnifique.

Ethan m’aide à descendre et je regarde autour de moi. On est devant un grand lac entouré de montagnes.

  • C’est là que je viens quand j’ai besoin de me reposer.
  • Je te comprends, c’est reposant comme paysage, merci de me faire découvrir tout ça.
  • C’est normal.

On s’assoit.

  • Est-ce que tu sais que tu es aussi belle même si tu es en tenue d’équitation ?
  • Ethan, arrête s’il te plaît.
  • Je ne peux pas, Mia. Tu es trop belle.

Pendant un petit moment, on ne parle plus, c’est Ethan qui reparle en premier.

  • Mia ?

Au lieu de parler, Ethan m’embrasse, mais je le repousse.

  • Arrête !
  • Je ne peux pas.

Je sais que je vais le regretter après, mais tant pis. Je pose mes lèvres sur celles d’Ethan et attends.

  • Tu es sûre de toi ?
  • Sûre, non. Tout ce que je sais, c’est que je suis attirée par toi. Je vais sûrement le regretter après. Embrasse-moi, s’il te plaît.

Ethan m’embrasse et je lui rends son baiser. Il pose une main sur ma nuque et intensifie notre étreinte.

  • Mia, je ne vais pas pouvoir me contrôler.
  • Alors, ne te contrôle pas. J’ai aussi envie de toi.
  • Et ton fiancé ?
  • Il n’est pas là. Je ne sais plus si je l’aime toujours. Depuis que je sais qu’il m’a menti pour ma chute et l’histoire de la photo m’a mis un doute.
  • Oui, forcément.

Ethan m’embrasse de nouveau. On s’allonge.

  • Écoute-moi, je ne te ferais pas l’amour avant que tu sois sûre de toi, mais je ne peux pas m’arrêter. Alors, pour aujourd’hui, une chose va me suffire.

Il baisse mon pantalon, ma culotte aussi. Je comprends ce qu’il compte faire. Il titille mon clitoris et je gémis tout de suite. Ethan caresse mon sexe puis enfonce un doigt puis un deuxième.

  • Tu es très étroite.

Ethan fait des va-et-vient puis retire ces doigts. Je me plains.

  • Ne t’arrête pas.
  • Je n’ai pas l’intention de m’arrêter.

Il commence à me lécher, puis enfonce sa langue dans mon sexe, je jouis.

  • Ethan !
  • Est-ce que ça t’a plu ?
  • Oui, tu peux recommencer quand tu veux.
  • Tu es sérieuse ?
  • J’ai envie de toi, maintenant.
  • Mia !
  • Quoi ?
  • Ne me dis pas ça, tu es fiancée et je ne veux pas te faire l’amour alors que tu es avec un autre.
  • Je comprends, mais je ne peux pas dire par message à Jules que c’est fini. De toute façon, je ne sais plus où j’en suis. Je te l’ai dit, je suis attirée par toi, mais en même temps, il y a Jules.
  • Ma pauvre Mia. Je suis désolé, je ne peux pas t’aider.
  • C’est à moi de faire le point. Depuis que je suis ici, je remarque que Jules ne me manque pas. Je me dis que c’est peut-être parce que je ne le vois pas et qu’on ne se parle pas non plus. À part hier pour l’histoire du clou.
  • Je comprends, rien ne presse, si tu as besoin de temps je peux l’accepter.
  • On rentre au ranch ?

Franchement, je ne sais plus où j’en suis. Depuis que je suis ici, Jules et moi, on ne s’appelle pas beaucoup. J’ai appris beaucoup de choses aussi qui demandent à réfléchir. Quand on arrive, je laisse Ethan amener son cheval aux boxes et je vais dans ma chambre. J’envoie un message à Jules.

« Jules, après ce que j’ai appris hier,

j’ai besoin de réfléchir. Je ne sais plus

où j’en suis. S’il te plaît, laisse-moi du temps. »

Puis j’envoie un message à Sandrine et à Ambre.

« Les filles, je viens d’envoyer un message

à Jules pour lui dire que j’avais besoin

de réfléchir. Je ne sais plus où j’en suis. »

Elles me répondent directement.

« Mia ! Tu as eu raison pour Jules. Est-ce que c’est lié avec Ethan ? »

« Oui, tout est lié. Je vous en parlerai

la prochaine fois. Là, je dois aller le rejoindre. »

« D’accord. À plus tard, Mia ! »

« À plus tard. »

Je pose mon portable qui se met à sonner, je regarde, c’est Jules, mais je ne réponds pas. Je descends et rejoins Ethan.

Le lendemain, Sarah et Frédéric arrivent au ranch pour 14 heures, je vois tout de suite qu’il se passe quelque chose. Ils attendent que je leur pose la question pour me parler.

  • On est stressé pour le tournage, me dit Sarah.
  • Mais non, tout ira bien, vous avez l’habitude de tourner.
  • Oui, mais là ce n’est pas la même chose. La vérité c’est que mon ex-femme tourne aussi dans le film, me dit Frédéric. On ne sait pas comment ça va se passer.
  • Je vois, est-ce qu’elle peut faire durer le tournage ?
  • Oui, créer des problèmes aussi. Elle m’en veut depuis l’année dernière, dit Sarah.
  • Je sais, tu m’en as parlé le week-end dernier. Tout va bien se passer.
  • Et toi, tu es remontée à cheval ?
  • Pas complètement, Ethan m’a fait monter derrière lui.
  • Est-ce que tu as des nouvelles de Jules ?
  • Je ne préfère pas en parler. J’ai décidé de prendre le temps de réfléchir, j’ai appris beaucoup de choses ces derniers jours. Je ne sais plus où j’en suis.
  • Tu es sous le charme d’Ethan ? me demande Sarah.
  • Je ne dirais pas le contraire. Ça ne change rien de toute façon, je suis fiancée avec Jules. Même si je veux avoir une relation avec Ethan, je ne me vois pas rompre avec Jules par message.
  • C’est normal. Est-ce qu’Ethan le comprend ?
  • Oui, il me laisse le temps de réfléchir.
  • Bien, surtout ne joue pas avec lui. Il y a un an, il a souffert de la rupture d’avec sa fiancée.
  • Je ne compte pas jouer avec lui, promis.

Pendant le reste de l’après-midi, je m’occupe d’Esmeralda. Le soir après le dîner, on va tous au lit, car demain c’est une grande journée : on commence le tournage !

 

 

Chapitre n° 9

Disparition

 

Les premiers jours du tournage se passent sans incident. Frédéric a le rôle principal, Sarah, le rôle de l’épouse du patron du ranch. L’ex-femme de Frédéric joue le personnage de la conjointe du cavalier. La première fois que j’ai vu son ex-épouse, elle ne m’a pas fait bonne impression. Elle a emmené leurs deux filles, Elsa et Laura. Pour moi, ce n’est pas un endroit pour elles.  Elles s’entendent très bien avec Sarah. En revanche, entre Frédéric et leur mère, c’est la guerre, même ici, elle empêche ses filles d’aller voir leur père et dès qu’elles s’approchent de Sarah, elle vient les chercher. Pendant les scènes où Frédéric embrasse son ex, je vois Sarah prête à intervenir.

Je ne parle pas à Jules depuis que je sais qu’il m’a menti au sujet de ma chute. J’ai besoin de faire le point sur notre relation. En plus avec le film et aussi l’entraînement avec Esmeralda, je n’ai plus trop le temps. On doit se lever à 6 heures du matin et je me couche vers 23 heures. J’envoie seulement des nouvelles à Sandrine et à Ambre.

Le vendredi après-midi, alors que je parle avec Ethan, je vois Jules arriver.

  • Mia, tu m’écoutes ?
  • Désolée, je reviens.

Je vais voir Jules et lui demande tout de suite :

  • Que fais-tu là ?
  • Je suis venu parce que tu ne me réponds pas quand je t’appelle. Tu ignores aussi mes messages. En tout cas, je vois que tu t’amuses bien !
  • Je suis au travail et je t’ai demandé du temps pour réfléchir.
  • Est-ce que c’est à cause de l’homme avec qui tu parlais ?
  • Il s’appelle Ethan et c’est le patron du ranch. On est juste ami, tu ne vas pas me faire une scène de jalousie juste parce que je parle à un ami ! Je te rappelle que tu m’as menti, il y a un an.
  • Tu m’en veux pour cette histoire ? Mais ce n’est rien.
  • Pour toi, ce n’est rien, ta super idée m’a fait chuter. J’aurais pu y rester !
  • Je ne voulais pas que tu sois qualifiée. Tu en avais que pour les chevaux, je passais tout le temps en dernier.
  • C’est ma passion, tu ne peux pas m’empêcher de faire ce que j’aime !

Ethan arrive rapidement.

  • Mia, ils ont besoin de toi, me dit-il.
  • J’arrive. On finira cette conversation plus tard, Jules. Je finis normalement à 18 heures si tout va bien.
  • Est-ce que je peux rester ici ?
  • Si tu ne nous déranges pas, oui.

Je pars et Ethan me suit.

  • Comment te sens-tu ?
  • Je ne m’attendais pas à le voir.
  • Alors c’est lui, Jules ?
  • Laisse-moi te dire que tu mérites mieux.
  • Un homme comme toi ?

On arrive à côté du réalisateur.

  • Je suis désolée pour l’interruption.
  • Pas de soucis. Est-ce que tu peux déplacer cette jument ? J’ai demandé à Ethan, mais il m’a dit qu’il n’y avait que toi qui arrives à la faire bouger.
  • Je vais le faire, pas de problème.

Je vais voir Esmeralda.

  • Ma belle, il faut bouger.

Je commence à marcher en arrière et elle me suit. Je la caresse pour la remercier. Ethan arrive près de moi.

  • Est-ce que demain tu veux essayer de la monter ?
  • Je ne sais pas, il faut que j’aie une conversation avec Jules.
  • D’accord. Est-ce que c’est ce soir que tu lui annonces que c’est fini ?
  • Ethan ! je vais avant tout l’écouter, mais je n’oublie pas qu’il m’a menti.

Au moment où Ethan va parler, on entend des cris. On voit Frédéric et Sarah arriver vers nous.

  • Que se passe-t-il ? demande Ethan.
  • Mes filles ont disparu. Leur mère est allée les voir pendant la pause et quand elle est arrivée, elle a remarqué leur absence.
  • Elles ne doivent pas être loin. Ne t’inquiète pas, elles connaissent le ranch, dit Ethan.
  • Je sais, mais on ne sait pas depuis combien de temps elles sont parties.
  • C’est sa faute ! hurle l’ex-femme à Sarah.
  • Arrête, ce n’est pas sa faute, dit Frédéric.

Ethan me regarde et me dit :

  • Il faut les retrouver avant la nuit.
  • Comment veux-tu faire ?
  • Nous devons prendre les chevaux et partir à leur recherche. Les autres pourront le faire à pied. Monte Esmeralda et attends-moi, je vais aller chercher mon cheval.
  • Je n’ai même pas réussi à la monter le week-end dernier et je ne connais pas bien le ranch.
  • Si je me souviens bien, elles ont l’habitude d’aller à un endroit que je t’ai montré samedi.
  • Comment je vais faire avec Esmeralda ?
  • Fais-toi confiance et fais-lui confiance.
  • Je vais préparer les chevaux, dit Frédéric.
  • Va voir à la maison, elles y sont peut-être, dit Sarah.
  • Vous allez rester ici, dit Ethan. Mia et moi, on va les retrouver.

Je me rapproche de Frédéric et Sarah.

  • Je vais les trouver, mais il faut d’abord que j’arrive à quelque chose.

Ethan me rapproche Esmeralda.

  • Es-tu sûre de toi ? me demande Sarah.
  • Non, mais je dois le faire.

Je prends une inspiration.

  • Reste calme, Esmeralda s’il te plaît.
  • Tu ne mets pas une selle.
  • Elle n’a pas l’habitude encore.

Je monte sur le dos d’Esmeralda.

  • Tu me dis quand c’est bon, me dit Ethan.
  • Tu peux lâcher.

Il lâche Esmeralda et je la fais marcher un peu. Pendant ce temps, Ethan va chercher son cheval.

  • Mia, si tu les trouves appelle-nous, me dit Sarah en me passant mon portable.
  • D’accord, est-ce que tu peux juste dire à Jules que je reviens ?
  • Bien sûr, une chose est sûre, c’est qu’il ne va pas aimer te voir sur un cheval, d’après ce que tu nous en as dit.
  • Comment on va au lac ?
  • Viens, suis-moi. On va y aller doucement, me rassure Ethan qui vient d’arriver.

Au début, je vais doucement pour m’habituer. Au bout de dix minutes, je la lance au trot. J’arrive rapidement au lac, devant Ethan même. Je vois les deux filles assises sur l’herbe. J’arrête Esmeralda pour les rejoindre.

  • Est-ce que vous allez bien ?
  • Non, Elsa s’est blessée en arrivant ici. Elle ne peut plus bouger et je ne veux pas la laisser seule.
  • On va regarder ça. Pourquoi êtes-vous parties ? Vos parents sont inquiets.
  • On en a marre qu’ils se disputent. On voit rarement notre père, alors qu’on apprécie Sarah.
  • Bien, je ne peux pas vous laisser seules ici.

Je réfléchis très vite et je prends mon téléphone et appelle Frédéric.

  • Tu les as trouvées ?
  • Oui, mais Elsa est blessée, je ne peux pas les laisser.
  • D’accord, je prends la voiture et j’arrive.
  • On t’attend.

Je raccroche puis je regarde la blessure.

  • Comment tu as fait ça ?
  • On courrait et je suis tombée sur une pierre. Laura a arrêté le sang avec sa veste.
  • Elle a bien fait. Est-ce que tu vas bien ?
  • Oui, mais j’ai mal.

Je me tourne vers Laura.

  • Et toi, comment vas-tu ?
  • Bien, j’ai envie de voir nos parents.
  • Je vous promets que vous allez les voir très vite.

Frédéric arrive rapidement.

  • On va la mettre dans la voiture.

Je l’aide à la porte jusqu’à la voiture et on l’assoit, Laura se met à côté de sa sœur. Ethan me dit :

  • Sarah est partie voir chez eux. Est-ce que tu peux aller la chercher ? Je vais au ranch et je téléphone au docteur.
  • Je veux bien, mais comment je vais chez vous ?
  • Passe par la mer, elle se trouve à cinq minutes à cheval. Est-ce que tu vois les studios ?
  • Bien, quand tu arrives là-bas, c’est tout droit.
  • D’accord.

Ethan part en voiture pendant que je m’approche d’Esmeralda et lui dis :

  • J’ai besoin de toi, ma belle. Reste calme s’il te plaît.

Je monte et lance Esmeralda au trot. À la maison, le bruit des sabots fait sortir Sarah.

  • Je les ai trouvées, elles sont au ranch, Elsa est blessée. Ethan a téléphoné au docteur.
  • Merci, Mia. Je retourne au ranch.

De mon côté, je caresse doucement la jument pour la remercier.

  • On va aller doucement, ma belle. Je te promets, tu auras un bon repas ce soir. Je laisse Esmeralda aller à son rythme. J’arrive au ranch quand le docteur part. Je descends d’Esmeralda et Jules vient me voir.
  • Tu es folle, tu aurais pu tomber !
  • C’était une urgence. Si je me souviens, c’est à cause de toi si je suis tombée. Tu ne vas pas m’empêcher de monter. Laisse-moi ! je dois m’occuper d’Esmeralda.

Au moment où je pars, il me retient.

  • Je ne te reconnais plus.

Ethan arrive.

  • Tu vas la laisser ! Mia a besoin de repos, elle a réalisé quelque chose d’important aujourd’hui. Sans elle, ça aurait pu être plus grave.

Jules me lâche et regarde Ethan d’un mauvais œil.

  • Rentre à la maison, Mia. Je m’occupe d’Esmeralda.
  • Jules, on se parle demain, je te le promets.
  • D’accord, à demain.

Je regarde Jules partir et me dis qu’on doit avoir une sérieuse conversation, mais pour l’heure, un peu de repos ne serait pas de refus.

  • Merci d’être intervenu, dis-je à Ethan.
  • C’est normal, ma belle. Va te reposer, tu le mérites.

Avant de rentrer, je ne sais pas pourquoi, mais j’embrasse Ethan.

  • En quel honneur ce baiser ?
  • Comme ça.

Je le laisse et rentre. Dès que je pose les pieds dans la salle, je suis accueillie par des remerciements.

  • C’est normal, leur dis-je. Où sont-elles ?
  • Leur mère les a accompagnées dans leur chambre, non sans nous dire que c’est notre faute, dit Frédéric.
  • Si elles sont parties, c’est parce qu’elles en ont marre de vos disputes. Du moins, c’est ce qu’elles m’ont dit.
  • J’en parlerai à leur mère demain. On mérite tous d’aller dormir, maintenant.
  • Pas la peine, je suis là, dit son ex-femme. Comment pouvez-vous dire que c’est à cause de notre dispute ?
  • Ne t’en prends pas à Mia. C’est elle qui les a retrouvés. Je ne voulais pas en parler avant d’avoir eu la réponse, mais j’ai demandé au juge d’avoir mes filles toute une semaine. J’en ai marre que tu m’interdises de les voir.
  • Comment vas-tu faire ? Tu rentres à pas d’heures. Il n’est pas question que je laisse mes filles à elle !
  • Ne parle pas de Sarah comme ça ! Il faut que tu acceptes que je ne t’aime plus !

Sans un mot de plus, elle part, choquée par ce qu’elle vient d’entendre.

  • Pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu avais vu le juge ? demande Sarah.
  • Je voulais attendre sa réponse.
  • Pour changer de sujet, où est allé Jules ?
  • Il est allé à l’hôtel. Je lui ai dit qu’on parlerait demain.
  • Est-ce que tu sais ce que tu vas lui dire ?
  • Non, mais je vais écouter ses explications avant de prendre une décision.
  • C’est bien aussi.

On se dit bonne nuit puis on monte chacun dans notre chambre.

 

 

Chapitre n° 10

Jules

 

Le lendemain matin en me réveillant, je vois tout de suite que j’ai un message de Jules.

« Bonjour, Mia. Je ne sais pas quand tu seras libre, mais je serai à l’hôtel toute la journée. »

« Bonjour, Jules. Je viens de me lever, je

passerai te voir vers la fin de l’après-midi.

Je dois m’occuper des chevaux avant. »

Je descends et rejoins tout le monde.

  • Tu as bien dormi ? me demande Sarah.
  • Encore, merci pour hier, me dit Frédéric.
  • C’est normal.
  • Alors, tu es prête à remonter aujourd’hui ?
  • On va voir si Esmeralda accepte la selle, à moins que tu aies quelque chose d’autre à faire, me dit Ethan.

Je comprends à quoi il fait allusion.

  • Pas avant la fin de l’après-midi. Est-ce que Frédéric ou toi pourriez me conduire en ville ?
  • Bien sûr, on doit rentrer ce soir à la maison, me répond Sarah. Pour quelle heure veux-tu y aller ?
  • Pour 17 heures, c’est bon.
  • Pas de soucis.

Frédéric et Sarah nous laissent.

  • Tu vas voir Jules, c’est ça ?
  • Je lui ai promis hier soir qu’on allait parler.
  • D’accord.

Après le petit-déjeuner, Ethan m’aide avec Esmeralda. Elle accepte la selle, du coup je la monte de nouveau. Pendant près d’une heure, je la fais marcher, puis au trot et au galop. Ethan m’arrête.

  • Je viens d’avoir une idée.
  • Je t’écoute.
  • Est-ce que ça te dit de participer à un concours ? Concours de saut d’obstacles avec Esmeralda ?
  • Tu n’es pas sérieux, ça fait un an que je n’ai pas sauté.
  • Oui, et aussi un an que tu n’étais pas remontée. Crois-moi, ça ne s’oublie pas. Avec un entraînement, tu peux réussir.
  • Je m’entraîne quand ? J’ai le tournage en semaine.
  • Après ta journée de travail. Je peux t’entraîner et Frédéric aussi. Ne dis pas non tout de suite.
  • Alors je te promets d’y réfléchir.
  • Super !

Vers 17 heures, Frédéric et Sarah me déposent à côté de l’hôtel de Jules.

  • Si tu as un problème, appelle-nous, me dit Sarah.
  • Je n’y manquerai pas.

Je rentre dans l’hôtel et envoie un message à Jules.

« Je suis en bas. »

« J’arrive tout de suite. »

J’attends Jules quelques minutes et on décide d’aller au bar de l’hôtel. C’est Jules qui parle en premier.

  • Je te demande pardon pour l’année dernière, je n’aurais pas dû faire ça et j’aurais dû te l’avouer.
  • Je ne sais pas si je vais pouvoir te pardonner, tu m’as menti. Tu savais que c’était important pour moi.
  • Je ferais tout pour que tu me pardonnes.
  • Pourquoi tu es venu ?
  • Je m’inquiétais pour toi, tu ne me répondais plus.
  • Je t’ai demandé du temps, j’ai besoin de réfléchir à beaucoup de choses.
  • J’ai peur de te perdre.
  • J’ai juste besoin de faire le point. Tu ne peux pas m’interdire de monter à cheval et surtout tu n’as pas à venir sur mon lieu de travail sans me prévenir. Respecte mon choix, laisse-moi du temps.
  • Très bien. Est-ce qu’on peut passer la soirée ensemble ? Je repars après-demain.
  • Bien sûr.
  • Est-ce que tu veux quelque chose à boire ?
  • Une limonade.
  • Je vais aller commander.

Jules commande nos verres, je reçois un message de Sandrine et d’Ambre. Je le lis.

« Mia ! On espère que ce message n’arrive pas trop tard. Voici à quoi Jules s’occupe pendant ton absence. »

Je reçois un autre message juste quelques secondes plus tard. C’est une vidéo. Elle montre Jules avec une fille en pleine action. Je comprends tout de suite que Jules me ment depuis le début. Sur le clip, je reconnais la fille avec qui il était avant moi. Je n’attends pas son retour pour partir. Je décide d’aller danser un peu pour oublier ce que je viens d’apprendre.

Après trois heures et plusieurs verres, mon téléphone sonne, c’est Ethan qui m’appelle. Je réponds tout de suite.

  • Où es-tu ? Sarah m’a téléphoné pour me dire que tu n’étais pas rentrée.
  • Je ne sais pas trop, j’étais à l’hôtel puis en sortant, je suis allée danser et j’ai bu aussi.
  • Mia ! Que se passe-t-il ?
  • C’est Jules.
  • Dis-moi où tu te trouves pour que je puisse venir te chercher.

Du regard, je cherche le nom du bar.

  • Je suis au « Academy LA ».
  • Tu vas quitter cet endroit et m’attendre devant l’entrée. Je serais là dans un quart d’heure.

Après avoir raccroché puis payé mes consommations, je sors du bar en titubant. Pour ne pas tomber, je m’appuie sur le mur pour attendre Ethan. Il arrive environ 15 minutes après comme il me l’a dit. Il me prend dans ses bras et me demande :

  • Que s’est-il passé ?
  • Plus tard, ramène-moi au ranch.

Il me passe un casque pour monter sur sa moto. En arrivant au ranch, Ethan ne me quitte pas. Je vais directement dans ma chambre et enfin je pleure. Ethan s’allonge près de moi.

  • Mia, tu vas me dire ce que Jules t’a fait pour que tu pleures et que tu boives autant ?

Comme je suis incapable de parler, je lui montre la vidéo sur mon portable. Il repose mon téléphone et me prend dans ses bras.

  • Je suis désolé, Mia. C’est peut-être mieux comme ça.
  • Tu ne comprends pas, la fille sur la vidéo, c’est soi-disant son ex.
  • Peut-être que la vidéo est ancienne.
  • Non, Jules a le bracelet que je lui ai offert il y a deux mois. Il me ment depuis le début de notre relation.
  • Bon, tu vas dormir et demain tu y verras plus clair. Je vais téléphoner à Sarah et Frédéric pour les rassurer et leur dire que tu restes avec moi au moins cette nuit.
  • Ne me quitte pas, s’il te plaît.

Je ne réfléchis pas et je l’embrasse. Ethan me repousse.

  • Mia, non. Tu es sous le choc, je ne veux pas profiter de toi comme ça.
  • J’ai envie de toi. Depuis le premier jour, j’ai eu envie de toi, mais j’ai tout fait pour te repousser.
  • J’ai aussi envie de toi, je ne te ferai pas l’amour ce soir. On le fera quand tu iras mieux et surtout quand tu sauras ce que tu veux.
  • Je sais ce que je veux.
  • Laisse-moi aller téléphoner à Sarah et Frédéric. Je reviens.

Il pose un baiser sur mon front et sort de ma chambre. Mon téléphone sonne.

« Mia ! Pourquoi es-tu partie ? »

« Lâche-moi ! »

Je lui envoie la vidéo.

« Tu m’as menti depuis le début, tu

as le bracelet que je t’ai offert.

Personne ne le connaît. »

J’éteins mon portable et attends Ethan. Quand il revient, il s’allonge et me prend dans ses bras.

  • Merci d’être venu me chercher.
  • Je viendrai toujours te chercher. Dors maintenant.
  • Pour le concours, je suis d’accord.
  • On verra ça demain. Ferme les yeux, je ne quitte pas la chambre.

Je finis par m’endormir.

Le lendemain matin, Ethan est levé avant moi. Je rallume mon portable et vois le message de Jules.

« Mia, je te le promets, c’était la première fois, tu me manquais et elle était là. Réponds-moi. »

Je ne lui réponds pas. En revanche, j’envoie un message à Sandrine et à Ambre.

« Bonjour, les filles, merci pour la vidéo.

Elle m’ouvre les yeux. Je vous adore. »

Je repose mon portable et rejoins Ethan.

  • Bonjour, ça va mieux ?
  • Pas trop. Encore merci pour hier soir.
  • Arrête de me remercier. On a une journée chargée. Est-ce que tu veux toujours faire le concours ?
  • Bien, alors entraînement à partir d’aujourd’hui.

Je prends mon petit-déjeuner et je commence l’entraînement qui va durer toute la journée. À la fin, on est rejoint par Frédéric et Sarah. Frédéric me prodigue des conseils. Quand j’arrête, il fait déjà nuit, durant toute la journée, je n’ai pas pensé une seule seconde à Jules. Sauter m’a fait du bien, j’espère pouvoir être à la hauteur pour le concours. Je fais confiance à mes deux entraîneurs.

 

Amazon.fr – Le rêve Américain – Colin, Sarah – Livres

Soyez le premier à rédiger un avis
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x