Aller au contenu

De l’accent Provençal

538
Nombre de mots
2 min
Temps estimé

                Nouvelle     De L’accent Provençal

Prologue

Petite Provençale déracinée un temps en la très belle Normandie,  j’ai été moquée de cet accent chantant venu du soleil. Cette nouvelle est prétexte à redonner ses lettres de noblesse à l’accent du sud. Chez nous on dit  « l’assent » avec une intonation chantante. Ensoleillez vous au grès de ces mots égrenés de notes chaudes, vibrantes, simples. Ecoute amie toi qui te moque de mon assent.

””

Je suis née provençale, au pays des cigales qui stridulent dans les pins parasols, de la garrigue avec ses senteurs envoûtantes, de cyste aux pétales de soie blancs ou roses dont les feuilles veloutées enivrent nos sens d’une subtile  odeur poivrée, des pins parasols tortueux aux effluves de résine,
de l’olivier séculaire, majestueux au feuillage gris-vert, généreux en fruits qui me font saliver oh fan de chichourle rien que de t’en parler.

Amie moqueuse comment voudrais tu
Que mon assent, soit pointu, ou neutre.
Tu l’auras compris il vient de cet environnement lumineux, odorant, vibrant.

Mon accent, fait partie de cette terre de Provence, il est moi.

Et voui, peucherette je n’arrive pas à prononcer comme toi, L1ndi, chez moi c’est lindii ,
Je ne dis pas rôse, mais rause, je ne sais pas  mettre la bouche en cul de poule .
Mon phrasé est ouvert, généreux, il est ensoleillé. On y distingue les syllabes qui s’envolent telles des parpaillous.

Cet accent vois tu, il vient de loin, il est gai, les expressions y sont imagées.

On aime peut être l’emphase, en fait c’est la générosité du cœur qui éclabousse les mots, comme l’onde fraiche d’une source cachée.

Amie, entends tu la douceur, la chaleur de mes mots ?

Il est vrai nous avons parfois des expressions qui peuvent paraître à l’estranger  déconcertantes.

Ma mémé elle me disait, petite va me cueillir s’il te plaît un faï de thym et de romarin.
Je m’empressais de lui ramener le précieux et odorant butin de la garrigue.  Ah peuchère quelle fragrance !
Mémé disait, Pitchoune je vais farcir le lapin du thym et mettre le romarin sur les pommes de terre coupées en carrés tout autour avé l’huile d’olive.
Ma gallinette, le thym et le romarin c’est le Centre.

  Amie, comment veux tu qu’avec de telles merveilles je puisse parler la bouche pincée ! Les mots roulent  en sons chantants.

Le soleil brille, il fait chaud, on cherche l’ombre et la fraîcheur de la bâtisse, en y entrant,
on s’esclame bou ‘diou, coquin de sort, qué cagnar, qué sudagne. Et on boit la citronnade fraîche dans l’ ombre  de la maïoune. (maison)

Cette vie, dans ces lieux de cocagnes nous  donne le soleil dans la voix.

Le soleil, ça brille, ça chauffe, ça ne peut que nous donner cet air chantonnant.

Maintenant que tu sais d’où vient mon assent  ensoleillé, l’accepteras tu plus facilement, même si m’entendre ainsi t’escagasse ?

Be the first to write a review

4 commentaires sur “De l’accent Provençal”

Laisser un commentaire